[TÉC.cherche] pour vous sur les sites des partenaires :
TÉC.cherche /ACADÉMIES TÉC.cherche /ÉSPÉ TÉC.cherche /FOURNISSEURS TÉC.cherche /PROFESSEURS

Rechercher dans Les partenaires

Quoi de neuf dans le catalogue Technologie 2017/2018 du fournisseur a4 ?

catalogue a4 Technologie via TEC2017.jpg

http://www.a4telechargement.fr/001_FLASHBOOK17-18_TECHNO/index.html#

 

C’est une évidence aujourd’hui pour tous, le numérique est une composante incontournable de la culture générale technologique, que chaque citoyen doit recevoir à l’école, au collège, au lycée.

L’histoire de la discipline peut se lire au fil des anciens catalogues de vos fournisseurs préférés. Aussi, me suis-je amusé à ressortir les nôtres, conservés dans un placard.
J’ai retrouvé en 2005, le MiniRobot : notre premier matériel didactique destiné à des activités de programmation. En 2009, sortait AutoProg. En 2011, la première imprimante 3D. Pour ces matériels, je me souviens d’un accueil mitigé. Souvenir confirmé par nos statistiques d’époque. Aujourd’hui, le principal de notre activité est axé sur des matériels pour le codage, la programmation, l’impression 3D.

Si très tôt nous avons compris la nécessité d’intégrer le digital, il ne faut pas pour autant abandonner les fondamentaux : objets techniques réels, mécaniques, fabriqués avec composants et matériaux, dans des ateliers, avec des outils et machines qui font des copeaux et du bruit. Notre industrie, pour survivre, a besoin aussi de compétences dans le domaine de la mécanique.

Je pense que l’OT idéal pour l’enseignement technologique, programmable et communicant, devrait intégrer une partie mécanique sur laquelle l’élève peut intervenir pour toucher, démonter, modifier ou fabriquer.
C’est ce que vous trouverez au fil de ces pages, où se côtoient matériels de négoce et matériels que nous fabriquons nous-mêmes. Ces derniers, vous pourrez le remarquer, sont toujours conçus et fabriqués pour être « retravaillables », au moins en partie, avec les outils et matériaux dont vous pouvez disposer (CNC, imprimantes 3D, matériaux tendres, etc.).

Il serait dommage que nos futurs ingénieurs et techniciens n’aient trouvé d’intérêt pour le monde technologique que dans des Fablab ou à la maison avec un parent bricoleur.
L’enseignement technologique doit rester attractif. 


A4 a été créée en 1992 par une bande de copains, professeurs de technologie. Nous défrichions alors la jeune discipline technologie et il y avait un besoin manifeste de matériels et ressources pédagogiques appropriés.
Aucune autre discipline n’a depuis autant été réformée et nous n’avons jamais perdu cet esprit startup qui nous anime depuis les débuts. Loin des calculs financiers et marketing, ce qui nous motive avant tout c’est imaginer des scénarios pédagogiques, sélectionner ou concevoir des matériels.

Une structure intégrée
Nous intégrons le bureau d’étude, la rédaction des dossiers techniques et pédagogiques, la production des matériels et la logistique de stockage/distribution. C’est le moyen pour nous de maîtriser nos produits de A à Z, de les produire dans les meilleures conditions de qualité et de coût et d’assurer un SAV responsable.

Une politique active d’investissement
Nous investissons sans relâche pour nous mettre à la hauteur des enjeux en termes de qualité et de technicité.
Nous nous sommes dotés d’une imprimante 3D haut de gamme pour produire des systèmes plus performants.
Nous investissons aussi sur le plan humain. Nous avons intégré de nouvelles compétences en pédagogie et rédaction, en électronique, et aussi en logistique.
Nous investissons encore dans l’efficacité du service. Nous avons entrepris un gros chantier de remise à niveau de notre système informatique de gestion de production et du stock.

Une équipe à votre service
Du lundi au vendredi nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions, vous guider dans vos choix, donner des conseils ou vous renseigner sur le traitement de vos commandes.
Nos horaires d'ouverture sont de 8h à 12h30 et de 13h30 à 17h (16h le vendredi).

Vos interlocuteurs
Nous sommes aujourd’hui une équipe d’une trentaine de personnes.
Parmi nous, il n’est pas inutile de vous présenter ici ceux avec qui vous êtes le plus souvent directement en contact.


Etienne Bernot

Télécharger le Catalogue a4 via TEC2017.pdf

 

Lundi 18 septembre 2017 @ 11:23:47 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La vie de l'association

Une éducation technologique pour tous, par tous, partout et tout au long de la vie !

Lettre de présentation Technologie Education Culture  TEC2017.jpg

Téléchaergez La lettre de présentation Technologie Education Culture TEC2017-2018.pdf

Une adhésion à 0€ = Partagez  vos innovations

Un Portail d’information https://technologieeducationculture.eu, une liste de discussion tec@groupes.renater.fr, des réseaux sociaux : @associationTEC, facebook.com/TechnologieEducationCulture, Google+, quatre moteurs de recherche spécialisés (éspé, fournisseurs, technologie dans les académies, sites de professeur de technologie), annuaire de sites de professeurs, un BIG DATA Éducation en projet, un espace de travail coopératif, une espace annonces, des forums, une Bibliothèque, des téléchargements d’images DVD…  

Créer un compte personnel hébergé en france via : https://technologieeducationculture.eu

Donner via : https://www.helloasso.com/don/associations/technologie-education-culture

Nos projets 2016-2020

  • Expérimenter un réseau social associatif des professionnel(le)s de l’éducation
  • Créer un annuaire dynamique des établissements scolaires et de leurs innovations pédagogiques
  • Développer des partenariats dans l’innovation et la recherche en éducation #EDTECH #ENTERTAINMENT
  • Créer un fond d’aide aux projets en éducation technologique #PET
  • Créer une salle de marché des applications dédiées éducation technologique « CopyLeft or CopyRight »

Notre but

L’association Technologie, Éducation, Culture, désignée par l’acronyme TÉC réunit des acteurs de l’éducation afin de promouvoir le développement d’une éducation technologique pour tous, par tous, partout et tout au long de la vie !, à même de répondre aux défis technologiques et sociaux du 21e siècle.
L’association met à disposition les moyens techniques à même de favoriser les échanges et le partage d’expériences, de connaissances et de compétences entre ses membres et au-delà en l’élargissant à l’ensemble de la communauté de professionnels de l’éducation technologique, quelle que soit leur catégorie, leur origine ou leur fonction.
Ces échanges et ce partage reposent sur la mise en commun de ressources et autres moyens matériels utiles à ces enseignements. Elle a également pour objectif de favoriser la fédération des usages d’Internet collaboratif et de toutes les technologies de l’information et de la communication utiles pour l’enseignement...

Patrick RICHARD

patrickrichard@technologieeducationculture.fr

Président de l’association Technologie Éducation Culture

Co-fondateur de Pagestec en 1997

Professeur au collège Emmanuel  de Martonne à Laval

Officier dans l'ordre des palmes académiques

Membre du groupe d'experts chargé de l'écriture des programmes de 2008

Membre du comité de pilotage du premier réseau 100% de Fibre Optique en France 2008-2014

Samedi 16 septembre 2017 @ 11:24:26 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 16 au 22 septembre 2017

Samedi 16 septembre à 16h15 sur France 5 "A la conquête de Titan - 2017"
Samedi 16 septembre à 22h30 sur Public Sénat "L'usine est à nous - 2017"
Dimanche 17 septembre à 8h35 sur ARTE "Je voudrais devenir... concepteur de jeux vidéo - 2014"
RADIO Dimanche 17 septembre à 17h00 sur France Culture "Rue des écoles "
Dimanche 17 septembre à 20h55 sur Gulli "C'est pas sorcier"
Dimanche 17 septembre à 22h30 sur Public Sénat "Harcèlement à l'école - 2013"

Mardi 19 septembre à 21h40 sur ARTE "Le nouveau sarcophage de Tchernobyl - 2017"
Jeudi 21 septembre à 21h55 sur RMC Découverte "Dans les coulisses du métro de Paris - 2016"

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
.Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Jeudi 14 septembre 2017 @ 22:28:34 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans C'est officiel

Devenir enseignant MASTER ou Apprentissage ! inscrivez vous jusqu'au 12 octobre 2017

devenir-enseignant-TEC2017.jpg

http://www.devenirenseignant.gouv.fr/

Choisir sa licence pour préparer le master MEEF

Toutes les licences donnent accès au master MEEF, aucun cursus n'est donc à écarter. Toutefois, selon que l'on souhaite exercer en école primaire ou dans un collège ou un lycée, certains choix peuvent être privilégiés :

  • Si l'on souhaite devenir professeur des écoles :

Une licence correspondant à l'une des disciplines enseignées à l'école primaire (français et mathématiques, mais aussi sciences, histoire-géographie, langue vivante, EPS...) sera le choix le plus naturel.

  • Si l'on souhaite devenir professeur de l'enseignement du second degré, au collège ou au lycée :

Il est conseillé de choisir une licence adaptée à la filière et à la/aux discipline(s) d'enseignement auxquelles on se destine. Par exemple, un étudiant aspirant à devenir professeur de français s'inscrira en licence de lettres pour acquérir un socle de connaissances solide dans cette discipline.

Préprofessionnalisation : dès la licence, bien construire son parcours

Dès la licence, les étudiants qui se destinent au professorat, à l'éducation ou à la formation ont la possibilité d'avoir un premier contact avec leur futur métier. Des parcours de préprofessionnalisation sont proposés pour les aider à dessiner progressivement leur projet professionnel et à se préparer au mieux à l'exercice du métier

Concrètement, chaque établissement peut proposer aux étudiants en licence des modules (ou « unités d'enseignement ») dits de préprofessionnalisation. Ces modules, proposés en option, dispensent des enseignements utiles aux métiers de l'éducation (sciences de l'éducation, psychologie de l'enfant, etc.). Ils peuvent également prendre la forme d'une découverte du métier sur le terrain via des stages d'observation. Les étudiants désireux de s'engager dans de tels modules peuvent se renseigner auprès de leur UFR ou de l'ESPE.

Le master MEEF, une formation dédiée aux métiers du professorat et de l'éducation

Depuis sa création, en 2013, le master MEEF est le master dédié à la formation aux métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation. Diplômante et professionnalisante, cette formation concerne tous les futurs enseignants, qu'ils se destinent à exercer en maternelle, à l'école élémentaire, au collège ou au lycée, ainsi que les futurs conseillers principaux d'éducation (CPE).

Le cursus MEEF prépare au métier en alternant :

  • des enseignements théoriques spécifiques (sur les disciplines d'enseignement, la pédagogie).
  • des thèmes communs à tous structurés autour des valeurs de la République (enseignement de la laïcité, la lutte contre les discriminations), de thèmes d'éducation transversaux et grands sujets sociétaux (citoyenneté, sensibilisation à l'environnement et au développement durable), de gestes professionnels (conduite de classe, prévention des violences scolaires) et de connaissances sur les parcours des élèves (processus d'apprentissage, orientation).
  • des stages, dès la première année, et avec une deuxième année en alternance.

La formation intègre également la préparation aux concours de recrutement qui ont lieu à la fin de la première année. Elle propose aussi une ouverture à l'international, à la recherche (avec un mémoire) et aux apprentissages numériques.

Au sein du master, trois mentions spécifiques préparent aux métiers de l'éducation nationale et forment ainsi les futurs enseignants et personnels d'éducation. Il s'agit des mentions :

  • mention 1er degré pour devenir professeur des écoles
  • mention 2nd degré pour enseigner au collège et au lycée (hors agrégation)
  • mention encadrement éducatif pour devenir conseiller principal d'éducation (CPE)

Une quatrième mention est également proposée : la mention "pratiques et ingénierie de la formation" qui prépare aux autres métiers de l'éducation et de la formation, hors concours.

JUSTE APRÈS LA LICENCE... MAIS PAS SEULEMENT

Le master MEEF est un diplôme national qui confère le grade de master. Il se prépare dans  les ESPE (écoles supérieures du professorat et de l'éducation) intégrées aux universités. S'étalant sur quatre semestres, il correspond à l'acquisition de 120 crédits européens, au-delà du grade licence. Les inscriptions en master MEEF ont lieu dès le mois de juillet. Certaines ESPE proposent des pré-inscriptions dès le printemps. 
Le master MEEF est ouvert aux étudiants titulaires d'une licence et qui se destinent aux métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation, mais il est aussi accessible sous certaines conditions :

  • aux titulaires d'un M1 ou équivalent,
  • aux titulaires d'un M2 ou équivalent,
  • aux personnels enseignants ou cadres de l'éducation nationale (formation continue),
  • aux personnes en reconversion professionnelle (validation des acquis de l'expérience) pour accéder aux métiers de l'Éducation nationale ou en lien avec l'éducation et la formation.

Qu'est-ce qu'être étudiant apprenti professeur ?

Une formation pratique et théorique

Tout en poursuivant un cursus en L2 ou L3 à l’université (qui tient compte du statut d'étudiant apprenti), l'apprenti professeur assure deux demi-journées par semaine dans une classe en présence d’un enseignant tuteur qui lui confiera des missions à responsabilités croissantes :

  • temps d’observation,
  • co-animation
  • prise en charge de séquence en pratique accompagnée
  • etc.

Le tuteur permet à l'apprenti professeur d’acquérir les gestes professionnels spécifiques au métier d’enseignant. Il est en liaison étroite avec l'université de l'apprenti.

Une formation rémunérée

L'étudiant apprenti professeur signe un contrat d'apprentissage avec le rectorat dont il dépend et perçoit un salaire. 
Sa rémunération est déterminée en fonction de son âge et de sa progression dans le cursus de formation. À noter qu'en tant que salarié, l'étudiant apprenti professeur ne peut pas bénéficier des bourses sur critères sociaux.

 De 18 ans à moins de 21 ans21 ans et plus
% du SMIC Rémunération nette % du SMIC Rémunération nette
L2 61% 889,09 euros 73% 1063,99 euros
L3 69% 1 005,69 euros 81% 1 180,59 euros

Une formation professionnalisante et valorisée au sein de l'université

L'étudiant apprenti professeur peut s'inscrire aux unités d'enseignement de préprofessionnalisation dédiées à la préparation aux carrières de l'enseignement qui sont développées dans le cadre des cursus de licence au sein des universités en lien avec les Écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE).

Quelles conditions pour devenir étudiant apprenti professeur ?

Pour devenir étudiant apprenti professeur vous devez :

  • être âgé(e) de moins de 26 ans à la date de la signature du contrat 
    (des dérogations existent dans certains cas particuliers)
  • avoir le projet professionnel de présenter un concours de l'enseignement

Priorité sera donnée aux étudiants boursiers : ce contrat vise à favoriser l'insertion professionnelle des jeunes pour réduire les inégalités sociales.

Si vous envisagez de devenir professeur des écoles

Vous devez être inscrit(e) au titre de l'année universitaire en L2 ou L3, quelle que soit la mention de licence choisie, exclusivement dans l'une des académies suivantes :

  • Amiens
  • Créteil
  • Guyane
  • Reims
  • Versailles

Si vous envisagez de devenir professeur de collège ou lycée

Vous devez être inscrit(e) au titre de l'année universitaire en L2 ou L3 avec une mention couvrant les disciplines suivantes :

- allemand
- anglais
- lettres
- mathématiques

Comment postuler pour devenir étudiant apprenti professeur ?

Plus de 1 100 postes apprentis professeur seront recrutés en 2017-2018.

Si vous êtes intéressé(e), rendez-vous sur le site internet de votre rectorat. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires pour postuler.

Une commission académique vérifiera que vous remplissez bien les conditions pour intégrer cette formation et émettra un avis quant à votre motivation pour le métier d’enseignant et votre aptitude à occuper cet emploi : projet professionnel, résultats universitaires, etc.

Si votre candidature est retenue, vous signerez un contrat d’apprentissage avec le rectorat vous précisant l’établissement d’affectation.

À l’issue de votre contrat d’apprentissage,vous pourrez confirmer votre choix d'orientation professionnelle en vous orientant en master MEEF. Le rectorat pourra également vous demander de vous inscrire dans un centre de formation d'apprenti (CFA).

Dans certaines académies, un dispositif d’alternance spécifique est ouvert aux étudiants inscrits en première année de master "Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation" (MEEF). 

http://www.devenirenseignant.gouv.fr/cid98882/l-apprentissage-une-nouvelle-voie-pour-devenir-enseignant.html

 

Découvrir le métier

Jeudi 14 septembre 2017 @ 11:16:49 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

Regards sur l'éducation 2017 Les indicateurs de l'OCDE

regard-éducation-OCDE-TEC2017.jpg

http://www.oecd.org/fr/education/regards-sur-l-education-19991495.htm

Regards sur l’éducation : Les indicateurs de l’OCDE est la publication de référence sur l’état de l’éducation dans le monde. Avec plus de 125 graphiques et 145 tableaux, et un corpus encore plus riche de données consultables sur notre base de données consacrée à l’éducation, Regards sur l’éducation 2017 présente des données clés sur : les résultats des établissements d’enseignement ; l’impact de l’apprentissage dans les différents pays ; les ressources financières et humaines investies dans l’éducation ; l’accès, la participation et la progression au sein des systèmes d’éducation ; l’environnement d’apprentissage ; et l’organisation scolaire.

Avec un nouvel éclairage sur les domaines d’études, cette édition 2017 analyse notamment les tendances des taux de scolarisation dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire et l’enseignement tertiaire, la mobilité étudiante, et les débouchés professionnels des diplômes obtenus dans ces différents domaines. Elle présente en outre pour la première fois un chapitre entièrement consacré aux objectifs de développement durable (ODD) et permet donc de faire le point sur la progression des pays membres ou partenaires de l’OCDE sur la voie de la réalisation des cibles de ces ODD. Enfin, la section relative à la participation et à la progression au sein des systèmes d’éducation introduit deux nouveaux indicateurs : le premier sur le taux de réussite des élèves du deuxième cycle de l’enseignement secondaire, et le second sur les processus d’admission dans l’enseignement supérieur.

Le rapport couvre l’ensemble des 35 pays membres de l’OCDE, ainsi qu’un certain nombre de pays partenaires (Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Brésil, Chine, Colombie, Costa Rica, Fédération de Russie, Inde, Indonésie et Lituanie).

Les fichiers ExcelTM qui ont servi à l’élaboration des tableaux et graphiques de Regards sur l’éducation sont disponibles via les liens StatLinks fournis tout au long de la publication.

 

Regards sur l'éducation 2017 Les indicateurs de l'OCDE

Résumé en français


Les diplômés des filières scientifiques bénéficient des meilleures perspectives d’emploi, même si certains domaines sont plus porteurs que d’autres


Dans la plupart des pays de l’OCDE, les domaines du commerce, de l’administration et du droit rassemblent le pourcentage le plus important d’adultes diplômés de l’enseignement tertiaire. En moyenne, dans les pays de l’OCDE, 23 % des 25‑64 ans sont ainsi diplômés de l’un de ces trois domaines d’études, contre 5 % en sciences naturelles, statistiques et mathématiques, 4 % en technologies de l’information et de la communication, et 17 % en ingénierie, industries de transformation et construction. Les pourcentages sont similaires parmi les nouveaux inscrits dans l’enseignement tertiaire, signe que l’intérêt pour ces domaines reste stable.

L’intérêt pour les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM) augmente toutefois avec l’élévation du niveau d’enseignement, le pourcentage d’étudiants diplômés de ces domaines représentant en 2015 près du double en doctorat qu’en licence. En outre, ces domaines sont prisés parmi les étudiants en mobilité internationale, le plus grand nombre d’entre eux (près d’un tiers de ceux qui suivent une formation dans les pays de l’OCDE) choisissant un cursus scientifique.

L’intérêt pour l’ingénierie est plus fort dans la filière professionnelle du deuxième cycle de l’enseignement secondaire que dans l’enseignement tertiaire en raison de l’existence de liens solides entres ces formations professionnelles et le secteur de l’industrie. Environ un tiers des élèves diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l’enseignement secondaire le sont à l’issue d’une formation en ingénierie, industries de transformation et construction – soit plus du double du pourcentage observé dans l’enseignement tertiaire.

Les domaines des STIM bénéficient aussi de meilleurs taux d’emploi, qui reflètent la demande d’une société de plus en plus axée sur l’innovation : les diplômés en technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent s’attendre à un taux d’emploi supérieur de 7 points de pourcentage à celui des diplômés en lettres et arts, ou en sciences sociales, journalisme et information. Parmi les domaines scientifiques, les taux d’emploi sont cependant inégaux : les diplômés en sciences naturelles, mathématiques et statistiques sont plus susceptibles d’avoir des taux d’emploi similaires à ceux des diplômés en lettres et arts – tous deux inférieurs à ceux dont bénéficient les ingénieurs ou les spécialistes des TIC.

La parité des taux d’obtention des diplômes entre les sexes reste un rêve lointain dans certains domaines d’études, en particulier dans la filière professionnelle du deuxième cycle de l’enseignement secondaire. Cette parité s’améliore dans l’enseignement tertiaire, bien que les femmes ne représentent toujours qu’un nouvel inscrit sur quatre environ dans les formations en rapport avec l’ingénierie, les industries de transformation et la construction. Parallèlement, près de trois nouveaux inscrits sur quatre dans les domaines de la santé et de la protection sociale sont des femmes. D’autres domaines – tels que le commerce, l’administration et le droit, ou les sciences naturelles, les mathématiques et les statistiques – sont presque parvenus à la parité entre les sexes parmi leurs nouveaux inscrits.


Dans l’ensemble, le niveau de formation des adultes de nos jours a augmenté, mais certains sont encore laissés pour compte


Depuis 2000, le niveau de formation de la main‑d’œuvre des pays membres ou partenaires de l’OCDE a augmenté. Alors qu’en 2000, la majorité des jeunes adultes étaient au plus diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire, aujourd’hui, la plupart des 25‑34 ans sont diplômés de l’enseignement tertiaire. Le pourcentage de jeunes adultes non diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire a également diminué dans la majorité des pays membres ou partenaires de l’OCDE, s’établissant en moyenne à 16 % en 2016 dans les pays de l’OCDE. Si les adultes sont désormais plus nombreux à atteindre le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, la réussite de ce niveau de formation reste problématique. Dans les pays dont les données de cohorte effective sont disponibles, environ 25 % des élèves inscrits à ce niveau n’ont pas obtenu leur diplôme deux ans après la fin théorique de la formation ; parmi ces élèves, quatre sur cinq ne sont plus scolarisés. À ce stade de la scolarité, cette perte est lourde de conséquences : le taux de chômage des jeunes adultes (25‑34 ans) non diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire est proche de 17 %, contre 9 % pour les diplômés de ce niveau d’enseignement.

Les adultes diplômés de l’enseignement tertiaire bénéficient d’un retour sur investissement substantiel : ils sont plus susceptibles de 10 points de pourcentage d’occuper un emploi et auront en moyenne des revenus 56 % plus élevés que les adultes seulement diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire. Ils sont également les premiers à se rétablir en cas de dégradation de la conjoncture économique : les taux d’emploi des jeunes adultes diplômés de l’enseignement tertiaire sont revenus à leur niveau d’avant la crise, tandis que ceux des jeunes adultes non diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire restent en retrait. En outre, les adultes diplômés de l’enseignement tertiaire sont moins susceptibles que leurs pairs moins instruits de souffrir de dépression. Pour toutes ces raisons, les jeunes adultes sont de plus en plus enclins à poursuivre leurs études en vue d’améliorer leurs qualifications au lieu d’entrer directement sur le marché du travail à la fin de leur scolarité obligatoire. Entre 2000 et 2016, le pourcentage des 20‑24 ans encore scolarisés a augmenté de 10 points de pourcentage tandis que celui des 20‑24 ans occupant un emploi a diminué de 9 points de pourcentage.


Les dépenses totales au titre de l’enseignement tertiaire dépassent désormais les taux de scolarisation


Les dépenses ont augmenté à un rythme bien plus soutenu que les taux de scolarisation, et ce à tous les niveaux d’enseignement, en particulier dans l’enseignement tertiaire. Les dépenses au titre des établissements d’enseignement primaire, secondaire et post‑secondaire non tertiaire ont augmenté de 4 % entre 2010 et 2014, bien que les taux de scolarisation aient connu un léger recul durant cette même période. En revanche, les dépenses totales au titre des établissements d’enseignement tertiaire ont plus que doublé par rapport aux taux de scolarisation durant la même période, reflétant la priorité accordée à l’enseignement supérieur par les pouvoirs publics et la société.

Si les dépenses publiques au titre des établissements d’enseignement du primaire au tertiaire ont nettement augmenté, elles n’ont, en moyenne dans les pays de l’OCDE, pas suivi la hausse du PIB entre 2010 et 2014, entraînant une diminution de 2 % de ces dépenses en pourcentage du PIB durant cette même période. De même, dans la moitié des pays de l’OCDE, la part des dépenses publiques d’éducation du primaire au tertiaire dans les dépenses publiques totales a diminué entre 2010 et 2014.

La part du financement public est significativement plus élevée pour la scolarité obligatoire que pour l’enseignement tertiaire. Alors que le secteur public finance encore l’enseignement primaire, secondaire et post‑secondaire non tertiaire à hauteur de 91 %, il ne pourvoit qu’à environ 70 % des dépenses totales dans l’enseignement tertiaire. C’est donc aux ménages qu’il revient de payer le reste de la note. Toutefois, la part du financement public dans les dépenses au titre des établissements d’enseignement est, dans l’ensemble, restée stable entre 2010 et 2014 à tous les niveaux d’enseignement.


La profession enseignante pâtit du manque d’attractivité des salaires et du vieillissement du corps enseignant

Si les enseignants constituent l’épine dorsale de tout système d’éducation, la profession est pourtant de moins en moins attractive auprès des jeunes étudiants et le corps enseignant vieillit, en particulier dans les niveaux supérieurs d’enseignement. En 2015, dans les pays de l’OCDE, en moyenne 33 % des enseignants de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire étaient âgés de 50 ans ou plus, soit une hausse de 3 points de pourcentage par rapport à 2005. Par ailleurs, la profession reste largement dominée par les femmes, qui représentent sept dixièmes du corps enseignant, en moyenne, dans les pays de l’OCDE. La parité hommes‑femmes s’améliore toutefois dans les niveaux supérieurs d’enseignement : les femmes représentent 97 % du corps enseignant dans l’enseignement préprimaire, contre 43 % dans l’enseignement tertiaire.

Le salaire des enseignants est faible par rapport à celui d’autres actifs occupés à temps plein ayant un niveau de formation similaire, ce qui peut clairement réduire l’attractivité de la profession auprès des jeunes. Si le salaire des enseignants augmente avec l’élévation du niveau qu’ils enseignent, il ne représente néanmoins qu’entre 78 % et 94 % du salaire d’autres actifs occupés à temps plein diplômés de l’enseignement tertiaire. La crise économique de 2008 a eu une incidence directe sur le salaire des enseignants, soumis à un gel ou une réduction dans certains pays. Entre 2005 et 2015, le salaire statutaire des enseignants a diminué en valeur réelle dans un tiers des pays et économies dont les données sont disponibles.

Autres faits marquants

En raison de la part moins importante des investissements publics dans l’éducation de la petite enfance, le pourcentage d’enfants scolarisés dans des établissements privés à ce niveau d’enseignement est considérablement plus élevé que dans l’enseignement primaire ou secondaire.

La filière générale du deuxième cycle de l’enseignement secondaire est plus prisée que la filière professionnelle à ce niveau d’enseignement : 37 % des jeunes âgés de 15 à 19 ans suivent une formation en filière générale, contre 25 % en filière professionnelle, bien que celle‑ci constitue une composante essentielle du système d’éducation de nombreux pays.

Les aides financières permettent d’alléger la charge du montant élevé des frais de scolarité demandés par certains établissements d’enseignement tertiaire ; en Angleterre (Royaume‑Uni), en Australie et aux États‑Unis, au moins 75 % des étudiants bénéficient de prêts publics ou de bourses/prêts d’études.

Des systèmes d’admission libres dans les établissements d’enseignement tertiaire publics et/ou privés sont en vigueur dans plus de la moitié des pays et économies dont les données sont disponibles. L’administration d’examens nationaux/centralisés vers la fin du deuxième cycle de l’enseignement secondaire, ou celle d’examens d’entrée administrés par les établissements d’enseignement tertiaire, constituent les processus de sélection les plus utilisés pour accéder aux programmes de premier diplôme du tertiaire.

http://www.oecd-ilibrary.org/deliver/9617042e.pdf?itemId=/content/book/eag-2017-fr&mimeType=application/pdf

 

Mercredi 13 septembre 2017 @ 23:49:38 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Les partenaires

NATHAN : Livre de Technologie pour les 3 années du cycle 4

Nathan-Technologie-cycle4-TEC2017.jpg

http://enseignants.nathan.fr/catalogue/technologie-cycle-4-i-manuel-bi-media-livre-licence-eleve-en-ligne-9782091647166.html#presentation

Technologie cycle 4 - Édition 2016

i-Manuel bi-média livre + licence élève en ligne Auteurs : K. Fossa-Simon, M. Genco, H. Riou 
Parution : 
Mai 2016 
ISBN : 
9782091647166
 
Poids : 
0,71 kg
Dimensions : 
280 cm x 210 cm
Nombre de pages : 
272 pages
PRIX TTC : 
25,40 €
Forfait de mise à disposition : 
4,00 €
 
Un nouveau manuel de Technologie cycle 4 conforme à la réforme des collèges pour rendre les élèves autonomes, contribuer à les évaluer et les préparer au Brevet.
Il est proposé en version i-Manuel (livre + licence en ligne).
Points forts
  • Un manuel pour tout le programme de la 5e à la 3e, avec une place importante accordée à l’innovation, la modélisation, la programmation.
Connaissances et savoir-faire :
  • Des réponses à toutes les questions de technologie que l’élève peut se poser, avec un cours sous forme de questions/réponses illustrées.
  • Des points méthodes utiles pour s’organiser lors des investigations ou des projets.
  • Des fiches pour prendre en main les logiciels courants : logiciels de modélisation, de simulation, de programmation et logiciels pour créer des supports écrits ou des présentations pour l’oral.
Exercices :
  • Une aide à l’évaluation : des QCM de connaissance, des exercices de difficultés variées.
  • Des exercices de préparation à l’épreuve du Brevet.
  • Des propositions d’activités de recherche ouvertes, pour aller plus loin.
i-Manuel : la solution numérique pour enrichir votre enseignement.
Le i-Manuel est une solution bi-média permettant de faire travailler les élèves sur ordinateur, les motiver, les rendre actifs et autonomes.
En usage collectif, il permet d'animer la classe et de varier votre pédagogie (vidéoprojection, suivi des travaux des élèves, partage des documents, correction en ligne).
Il permet notamment de mettre les élèves en activité sur ordinateur, individuellement ou par petits groupes.

Des recharges de licences i-Manuel sont disponibles pour équiper ou ré-équiper vos élèves de nouvelles licences.

www.nathan.fr/i-manuel : une démo en vidéo du i-Manuel, la présentation des principales fonctionnalités et une aide à la prise en main.

Mardi 12 septembre 2017 @ 11:56:50 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Les partenaires

Delagrave : Bimanuel de Technologie pour les 3 ans du cycle 4

Delagrave-Technologie-Cycle4 TEC2017.jpg

http://www.editions-delagrave.fr/ouvrage-9782206101309-bimanuel-technologie-cycle-4-2017-manuel-eleve.html

 

Bimanuel Technologie cycle 4 (2017) - Manuel élève

 
Jean-Michel BaronAgnès BillotJean CliquetNicolas DromasPhilippe DrumezDominique Sauzeau  2017 - 272 pages 
 ISBN 978-2-206-10130-9
 
 

Un manuel de Cycle qui met vos élèves en action et répond à vos pratiques de classe

 

Bimanuel Delagrave : le manuel papier + la licence numérique Elève incluse et renouvelée à chaque rentrée.

 

Pour vous, enseignant

  • Dans le manuel de cycle, des repères de progressivité.
  • Une aide à la mise en oeuvre de la démarche par compétences : au début de votre manuel, un tableau présente les compétences travaillées dans les chapitres et les exercices.
  • Des exercices pour vérifier les connaissances de vos élèves (QCM interactifs) et les exercer aux compétences.
  • Une préparation au Brevet dès la classe de 4e et des Brevets pour entrainer vos élèves tout au long de la classe de 3e.

 

Pour vos élèves

  • 40 projets innovants et modernes proches du quotidien de vos élèves pour travailler en autonomie ou en groupe.
  • Une démarche dynamique qui les invite au questionnement et à l’interaction grâce aux 30 projets et aux 10 tâches complexes.
  • Des méthodes étape par étape, pour accompagner vos élèves dans la démarche de projet.
  • Une démarche qui favorise leur autonomie grâce aux :

- grilles d’auto-évaluation,

- QCM d’entrainement,

- liens minis pour consolider leurs connaissances ou pour aller plus loin.

  • L’interdisciplinarité est mise en oeuvre dans les projets d’EPI.

 

De nombreuses ressources numériques à télécharger gratuitement sur www.editions-delagrave.fr :

Pour vos élèves un accès direct grâce aux liens Internet identifiés au fil des pages : des vidéos, des tutoriels, des simulations, des QCM interactifs.

Pour vous enseignant, un tableau complet des compétences travaillées tout au long de l’année ; toutes les questions des activités des pages « Observer » présentées sous forme de fiches consommables ; des grilles d’évaluation pour faire le point sur les compétences acquises dans le chapitre et des fichiers TICE de simulation.

 

Présentation numérique

Le numérique intégré au fil des pages de votre Bimanuel

Avec une simple connexion internet, vos élèves accèdent à 102 ressources :

- 16 Fichiers TICE
- 30 QCM interactifs
- 30 Fiches d'activités
- 27 Vidéos

Editeur : Delagrave
Parution : Mai 2017
Pages : 272
Poids : 786 g
Dimensions : 280x210 mm
ISBN : 978-2-206-10130-9
EAN-13 : 9782206101309
Collection : 
Niveau(x) : 5e, 3e, 4e
Disciplines(s) : Technologie

Dimanche 10 septembre 2017 @ 11:49:53 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

Sondage et rapport 2017 sur l’utilisation des technologies en ligne par les ONG mondiales

NGO-online-TEC2017.jpg

http://techreport.ngo/fr/rapports-precedents/

Le Rapport sur l’utilisation des technologies par les ONG mondiales est un projet de recherche annuel visant à obtenir une meilleure compréhension de l’utilisation des technologies par les organisations non gouvernementales (ONG) et organisations à but non lucratif (OBNL) du monde entier pour pousser leurs militants et leurs donateurs à agir.

Financé par Public Interest Registry et produit par Nonprofit Tech for Good, ce rapport est particulièrement novateur, car il s’agit du seul projet de recherche centré sur l’étude de l’utilisation des outils de communication Web et par e-mail, des outils de collecte de fonds en ligne et mobiles, et des réseaux sociaux et mobiles par les organisations de bienfaisance du monde entier.

La troisième édition du rapport sur l’utilisation des technologies par les ONG mondiales sera publiée le 29 janvier 2018 en arabe, en français, en portugais et en espagnol. Pour être informé de la publication du rapport, inscrivez-vous à notre liste de diffusion. Toutes les requêtes médiatiques devront être envoyées à Allison+Partners.

 

SONDAGE 2017 

Sur L’utilisation Des Technologies 

PAR LES ONG MONDIALES

Publié en arabe, en anglais, en français, en portugais et en espagnol, le sondage sur l’utilisation des technologies par les ONG mondiales vise à obtenir une meilleure compréhension de l’utilisation des technologies par les ONG et OBNL mondiales pour pousser leurs militants et donateurs à agir. 

http://www.surveygizmo.com/s3/3708586/fr

Merci de prendre le temps de participer au sondage 2017 sur l’utilisation des technologies par les ONG mondiales. 

Répondre au sondage devrait prendre entre 4 et 7 minutes en fonction de vos réponses. Les résultats seront publiés dans le rapport de 2018 sur l’utilisation des technologies par les ONG mondiales, dont la publication est prévue pour le 29 janvier 2018. L’enquête est entièrement anonyme. Aucune question de l’enquête ne permet de révéler des informations personnelles identifiables. En participant à cette enquête, vous acceptez de partager des données d’enquête anonymisées avec les partenaires de l’enquête.

 

Vendredi 08 septembre 2017 @ 11:43:55 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 9 au 15 septembre 2017

Samedi 9 septembre à 23h30 sur Public Sénat "L'usine est à nous - 2017"
Dimanche 10 septembre à 8h35 sur ARTE "Je voudrais devenir... photographe - 2014"
RADIO Dimanche 10 septembre à 17h00 sur France Culture "Rue des écoles "
Dimanche 10 septembre à 21h20 sur Gulli "C'est pas sorcier - L'A380- 1993"
Lundi 11 septembre à 20h30 sur Public Sénat "Harcèlement à l'école - 2013"
Mardi 12 septembre à 20h50 sur ARTE "Théma : Un monde dominé par les algorithmes - 2017"

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
.Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Mercredi 06 septembre 2017 @ 21:13:59 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La fabrique à projets

Participer à Wiki Loves Monuments du 1 au 30 septembre 2017

wiki-loves-monuments-TEC2017.jpg

https://wikilovesmonuments.fr

Il existe dans tous les pays de nombreux monuments historiques. L’objectif du projet Wiki Loves Monuments est d’inciter chacun à prendre des photographies de ces monuments et les placer sous licence libre pour permettre au plus grand nombre d’y accéder via Internet. Dans ce cadre, un concours mondial a lieu durant tout le mois de septembre 2017 pour la septième année consécutive. Ce site présente le concours pour la France (sixième année consécutive).

L’édition française du concours est organisée par Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance.

Participer ?

Il vous suffit de retrouver les monuments historiques situés près de chez vous, de les photographier et de mettre en ligne les photos :

Vous habitez ou avez pris des photos dans un autre pays ? Regardez s’il participe

8e édition de Wiki Loves Monuments, le plus grand concours de photos au monde

 

Du 1er au 30 septembre 2017 a lieu la 8e édition du concours photographique Wiki Loves Monuments. Wikimédia France participe à l’organisation de ce concours mondial depuis 2011, afin d’encourager la valorisation des monuments historiques par l’intermédiaire des projets Wikimédia (principalement Wikipédia et Wikimedia Commons).

Valoriser et rendre accessible le patrimoine historique

Il existe dans le monde de nombreux monuments historiques. L’objectif du concours Wiki Loves Monuments est d’inciter chacun à mettre en valeur ce patrimoine, de manière ludique, en prenant des photographies de ces monuments pour ensuite les placer sous licence libre et ainsi permettre au plus grand nombre d’y accéder gratuitement et légalement via Internet.

Un élargissement du périmètre du concours

Pour cette nouvelle édition, les photographes pourront aussi illustrer de « gros » objets sélectionnés dans la base Palissy, base de données sur le patrimoine mobilier français. Ainsi il sera possible de photographier trains, bateaux, et autres merveilles mobilières françaises.

Un concours ouvert à tous

Pour Wikimédia France, ce concours est une manière de sensibiliser les Français à leur propre patrimoine, de créer un lien de proximité avec celui-ci et de faire connaître les projets Wikimédia au grand public. Un site dédié est mis en ligne par l’association pour guider les participants dans la démarche. 10 photographes seront récompensés au niveau national et auront une chance de concourir au niveau international.

Des retombées importantes

Depuis la deuxième édition en 2011, l'édition française de Wiki Loves Monuments aura permis de rassembler 108 967 photos en ligne importées par 3527 personnes différentes. Ces photos permettent de couvrir aujourd'hui 34 055 monuments soit 76 % des monuments historiques français. Chaque année les bénévoles de Wikimédia France et ses partenaires investissent plus de 450 heures de leur temps pour organiser, trier, sélectionner les photos gagnantes et aider à sa bonne organisation.


 

À propos

 

  • Wikimédia France

Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance, est née en 2004 pour promouvoir et soutenir en France Wikipédia, Wikimédia Commons et l’ensemble des projets hébergés par la Wikimedia Foundation. Wikimédia France n’édite ni n’héberge aucun des projets de la Wikimedia Foundation, mais travaille à leur soutien et à leur meilleure connaissance. Wikimédia France organise le concours Wiki Loves Monuments en France.http://www.wikimedia.fr/

  • Wiki Loves Monuments

Wiki Loves Monuments est un concours international de photographie de monuments historiques. Créé en 2010 pour illustrer les monuments néerlandais, il s’est étendu à 18 pays européens en 2011, année où il est officiellement certifié le plus grand concours photographique au monde.http://www.wikilovesmonuments.org/

  • Wikimedia Commons

Wikimedia Commons est une médiathèque multilingue et libre enrichie bénévolement par des internautes. Chacun peut en réutiliser le contenu, qui est distribué sous licence libre. Wikimedia Commons est l’un des projets hébergés par la Wikimedia Foundation, il a été créé le 7 septembre 2004 et héberge plus de 41 millions de fichiers en août 2017.http://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil

ARTICLE 1 - Organisateurs du concours

À l’occasion de l'événement mondial « Wiki Loves Monuments », Wikimédia France - association pour le libre partage de la connaissance, 40 rue de Cléry 75002 Paris, France, organise un concours photographique du 1er au 30 septembre 2017 sur le site Internet Wikimedia Commons -  https://commons.wikimedia.org.

Les photographies téléversées durant cette période par les participants seront présentées, dans le cadre du concours, sur le site internet Wikimedia Commons susmentionné (que ce soit directement ou par le biais d'un site ou outil tiers), qui comportera un lien vers la page du site internet http://www.wikilovesmonuments.fr.

Ce site internet comportera une page dédiée au concours présentant les modalités de participation et comportant un lien vers le site Wikimedia Commons ainsi qu'un lien permettant la mise en ligne des photographies. Une fois les gagnants sélectionnés, les photographies lauréates y seront présentées de façon individualisée, et ce durant une année à compter de la date de remise des prix.

ARTICLE 2 - Thème

Le thème du concours « Wiki Loves Monuments » est un safari photo consacré aux monuments historiques français.

Seuls les immeubles protégés au titre des monuments historiques et reconnus comme tels en application du titre II du livre VI du code du patrimoine sont éligibles pour ce concours.

ARTICLE 3 - Conditions de participation

La participation à ce concours est gratuite. Le concours est ouvert à toute personne physique inscrite sur le site http://commons.wikimedia.org.

Tout participant mineur devra nécessairement avoir requis et obtenu une autorisation parentale avant son inscription au concours. Cette autorisation parentale pourra être exigée par les organisateurs. Il n'y a pas de limite de participation par personne (même nom/pseudonyme, même adresse électronique) pendant toute la durée du concours.

Sont exclus de toute participation au concours tous les salariés de Wikimédia France et les membres de l'association ayant organisé le présent concours, ainsi que les membres du jury et leur famille.

Les organisateurs se réservent le droit de procéder à toute vérification pour l’application du présent article.

ARTICLE 4 – Modalités de participation : prises de vue

Les participants doivent s'assurer que leurs photographies respectent toutes les réglementations, en particulier celles liées à la propriété, au droit à l'image des personnes et au droit d'auteur des architectes.

ARTICLE 5 – Modalités de participation : validation de la participation

Afin que la participation soit validée par les organisateurs, cinq points devront impérativement être respectés par les participants :

  1. Les photographies proposées, prises dans le but d'être utilisées pour un besoin pédagogique, encyclopédique et culturel sont le travail du participant. Les photographes feront leur possible pour respecter les lois et règlements en vigueur.
  2. Les photographies proposées sont sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 4.0 France ou toute licence libre équivalente.
  3. Le photographe téléversera les photographies qu’il souhaite présenter au concours, en ligne, sur Wikimedia Commons avec une dimension minimale 1600 x 1200 entre le 1er septembre 2017 à 0h00 et le 30 septembre 2017 à 23h59 (heure de Paris). soit en passant par le site wikilovesmonuments.fr soit directement sur Wikimedia Commons, dans la catégorie Images from Wiki Loves Monuments 2017 in France. L’auteur essayera, autant que possible, de placer ses photographies dans les catégories appropriées (lieu photographié).
  4. Le monument devra être identifié par son numéro d'inventaire, tel qu'il figure dans la base Mérimée ou dans la base Palissy du ministère de la Culture et sa description devra être aussi complète que possible.
  5. Afin d'être contacté, le participant aura renseigné son adresse de courriel dans ses préférences sur le site Wikimedia Commons. Toute participation incomplète ou erronée entraînera une disqualification du concours, sans que la responsabilité des organisateurs puisse être engagée. La photographie restera néanmoins en ligne.

Toute déclaration mensongère d’un participant entraînera son exclusion du concours sans que la responsabilité des organisateurs puisse être engagée.

ARTICLE 6 – Le jury - critères de sélection des gagnants

Le jury, sélectionnera dix photographies (de dix auteurs-participants différents) qu’il classera par ordre de préférence. Le vote aura lieu en octobre 2017. Les critères de sélection des gagnants sont les suivants : la qualité technique de la prise de vue, l’originalité de la démarche, la valeur descriptive et pédagogique et la valeur artistique.

ARTICLE 7 – Dotations

Les participants sélectionnés ne percevront aucune rémunération au titre de leur participation à ce concours. Au total, le jury sélectionnera 10 images gagnantes qui se verront chacune remettre un prix. Les prix seront annoncés au lancement du concours sur la page Présentation du site wikilovesmonuments.fr http://wikilovesmonuments.fr/presentation/.

Les dix lauréats du Prix Wikimédia France remporteront en outre les dotations suivantes :

  • 1er : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 100 €
  • 2e : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 70 €
  • 3e : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 50 €
  • 4 au 10e : un chèque-cadeau d'une valeur de 20 €

Les dotations ne sont pas échangeables.

Le gain ne peut donner lieu à aucune contestation d’aucune sorte, ni à la remise de sa contre-valeur en argent ni sous quelque autre forme que ce soit, ni à son remplacement ou échange pour quelque cause que ce soit. Les chèques-cadeaux seront valables en France uniquement.

ARTICLE 8 – Publication des résultats

Les organisateurs informeront les 10 participants ayant gagné le concours en leur envoyant un message personnel via le système d’envoi de mails de Wikimedia Commons. À cette occasion il leur sera demandé de transmettre à Wikimédia France leurs coordonnées postales et leur courriel afin que les dotations puissent leur être envoyées. La liste des gagnants sera publiée sur la page dédiée au concours de chacun des sites des organisateurs, dans les 90 jours suivants la clôture du concours. Les véritables identités des lauréats seront publiées sauf si le participant déclare expressément, lors de sa participation, qu’il souhaite être désigné par son pseudonyme.

Si les informations communiquées par un participant ne permettent pas de l’informer de son gain, il perdra la qualité de gagnant et ne pourra effectuer aucune réclamation.

ARTICLE 9 – Données à caractère personnel

Les données collectées font l’objet d’un traitement informatique uniquement par Wikimedia Commons. Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, le participant dispose d’un droit d’accès ainsi que d'un droit de rectification et, le cas échéant, d'opposition sur les données le concernant, à faire valoir à info-fr@wikimedia.org

ARTICLE 10 – Droits

Le participant affirme être l’auteur des photographies qu’il soumet et garantit que les œuvres proposées sont originales, inédites et en adéquation avec le droit d'auteur français, ainsi qu'il est seul détenteur des droits d’exploitation attachés à ces œuvres. À ce titre, le participant fait son affaire des autorisations de tous tiers ayant directement ou indirectement participé à la réalisation des photographies et/ou qui estimerait avoir un droit quelconque à faire valoir à son égard. Il assumera la charge de tous les éventuels paiements en découlant. De façon générale, le participant garantit les organisateurs du présent concours contre tous recours, actions ou réclamations que pourraient former, à un titre quelconque, tous tiers, à l’occasion de l’exercice des autorisations accordées au sein des présentes et plus généralement au titre de toutes les garanties et engagements pris au titre du présent règlement. Il s’engage à dégager les organisateurs de toute responsabilité en cas de réclamations émanant de tiers du fait d'une contrefaçon de copyrights ou de la violation des droits d’exploitation ou de propriété, quelle qu’en soit la nature. En outre, le participant accepte de placer, de manière irrévocable, ses photographies sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 4.0 France ou toute licence libre équivalente acceptée sur le site Wikimedia Commons.

En plaçant ses photographies sur le site Wikimedia Commons, et donc en participant à ce concours, le participant autorise tout un chacun : à partager, reproduire, distribuer et communiquer ses photographies à modifier ses photographies selon les conditions suivantes :

Paternité — Vous devez attribuer la photographie de la manière indiquée par l'auteur de l'œuvre ou le titulaire des droits (mais pas d'une manière qui suggérerait qu'ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l'œuvre).

Partage à l'identique — Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette œuvre, vous n'avez le droit de distribuer votre création que sous un contrat identique ou similaire à celui-ci.

Les organisateurs et les administrateurs du site Wikimedia Commons se gardent le droit de supprimer des photographies qui seraient inacceptables (atteinte morale à personne, atteinte au droit d’auteur, hors sujet…) et sans avoir à préciser les motivations de cette suppression, en notifiant la suppression sur le site Wikimedia Commons.

ARTICLE 11 – Force majeure

En cas de force majeure ou si les circonstances l’imposent, les organisateurs se réservent le droit de modifier le présent règlement, de reporter ou d’annuler le concours. Leur responsabilité ne saurait être engagée du fait de ces modifications.

ARTICLE 12 – Responsabilité

Il est expressément rappelé qu'Internet n’est pas un réseau sécurisé. Les organisateurs ne sauraient donc être tenus pour responsables de la contamination par d’éventuels virus ou de l’intrusion d’un tiers dans le système du terminal des participants au concours et déclinent toute responsabilité quant aux conséquences de la connexion des participants au réseau via le site http://commons.wikimedia.org. Les organisateurs se dégagent de toute responsabilité en cas de dysfonctionnement de leur réseau Internet, notamment dus à des actes de malveillance externe, qui empêcheraient le bon déroulement du concours. Les organisateurs ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque dommage causé aux participants, à leurs équipements informatiques et aux données qui y sont stockées, ainsi que des conséquences pouvant en découler sur leur activité personnelle ou professionnelle. En outre, leur responsabilité ne pourra en aucun cas être retenue en cas de problèmes d'acheminement ou de perte de courrier postal ou électronique. Enfin, les organisateurs déclinent toute responsabilité en cas d’incident qui pourrait survenir à l’occasion de l’utilisation ou de la jouissance des gains. Les organisateurs ne sauraient être tenus pour responsables de tout vol et perte intervenus lors de l’envoi des gains. Toute déclaration inexacte ou mensongère, toute fraude entraînera la disqualification du participant. Il ne sera répondu à aucune demande téléphonique ou écrite concernant l’interprétation ou l’application du présent règlement, les mécanismes ou les modalités du concours ainsi que sur la liste des gagnants.

ARTICLE 13 – Règlement

Le fait de participer à ce concours implique l’acceptation pure et simple du présent règlement dans son intégralité y compris, au fur et à mesure de leur intervention, ses avenants éventuels et ses additifs. Toutes les difficultés pratiques d’interprétation ou d’application du présent règlement seront tranchées souverainement par les organisateurs. Le règlement peut être consulté et téléchargé sur le site de Wikimedia Commons et celui consacré à Wiki Loves Monuments en France. Il est également déposé via www.reglement.net à la SCP Bornecque Winandy - Bru Nifosi, huissiers de justice associés, 15 passage du Marquis de la Londe, 78000 Versailles. Une copie du présent règlement sera adressée, à titre gratuit (timbre remboursé au tarif lettre lent en vigueur) à toute personne qui en fera la demande écrite à l’adresse suivante : Wiki Loves Monuments - Wikimédia France, 40 rue de Cléry, 75002 Paris, France

ARTICLE 14 – Litiges

Le présent concours est soumis à la loi française

Mercredi 06 septembre 2017 @ 14:50:03 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Temps : 0.0677 seconde(s)