Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 1er au 7 juillet 2017

Dimanche 2 juillet à 20h20 sur M6 "E=M6, ...Inventions révolutionnaires décryptées par la science - 2017"
Dimanche 2 juillet à 20h30 sur Public Sénat "Le cerveau d'Hugo - 2012"
Mercredi 5 juillet à 21h20 sur Gulli "C'est pas sorcier : Nos maisons de demain - 2011"

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Mardi 27 juin 2017 @ 22:50:39 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

MA THÈSE EN 180 SECONDES sur une idée de Three Minute Thesis

MT180-TEC2017.jpg

http://mt180.fr/

Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Ce concours s'inspire de Three minute thesis open_in_new (3MT®), conçu à l’Université du Queensland en Australie.

Le concept a été repris en 2012 au Québec par l'Association francophone pour le savoir open_in_new (Acfas) qui a souhaité étendre le projet à l’ensemble des pays francophones.

Ma thèse en 180 secondes, ce n’est pas seulement un concours ! Depuis 2014, ce sont plus d’un millier d’étudiants qui ont été formés à la vulgarisation scientifique et aux pratiques de médiation et près de 500 doctorants qui sont montés sur scène pour présenter leur thèse. Ces étudiants forment la communauté MT180 ; nous ne les perdons pas de vue... C’est aussi une communauté internationale, avec plus de dix pays francophones participants, des membres de jury prestigieux et des médias qui nous suivent !

https://www.youtube.com/channel/UCvWoYjTzOe-dC0xFNQI-TGg

Mardi 27 juin 2017 @ 11:55:53 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Les colloques

84 propositions de la CPU pour l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

la CPU dessine un avenir des universites TEC2017.jpg

http://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2017/06/NEWSTANK-MAGAZINE-BD.pdf

http://www.cpu.fr/wp-content/uploads/2017/05/Vadeemeecum-v31.pdf

Proposition 1. Lorsqu’un établissement est rattaché à plusieurs ministères, le ministre en charge de l’ESR doit assurer le rôle de coordinateur principal de l’ensemble des politiques d’enseignement supérieur et de recherche menées.

Proposition 2. Compte tenu de l’importance des missions de formation et de recherche pour la Nation, la CPU souhaite que soit rétabli un ministère de plein exercice associant ces deux missions, que soient renforcées l’action et les missions du conseil stratégique de la recherche et que ce conseil soit réuni régulièrement sous la présidence effective du Premier ministre. La composition de ce conseil doit être revue afin de renforcer la politique interministérielle de la recherche.

Proposition 3. La CPU souhaite une évaluation des dispositions introduites par la loi ESR en matière de gouvernance des universités ainsi qu’un assouplissement des règles et des procédures jugées trop complexes.

Proposition 4. L’enseignement supérieur et la recherche doivent continuer à être financés principalement par l’État.

Proposition 5. La CPU demande que les financements récurrents des établissements soient garantis dans la durée, indépendamment des financements sur appels à projets.

Proposition 6. Afin d’atteindre l'objectif d'une dépense atteignant 2% du PIB pour l’enseignement supérieur et 3% pour la recherche, la CPU demande une augmentation de 1Md€ par an de financement public pour les universités durant les cinq années du prochain quinquennat, dans le cadre d’un plan pluriannuel de financement récurrent de l’ESR qui donne aux établissements la visibilité nécessaire à leur stratégie pluriannuelle de développement.

Proposition 7. La CPU demande que toute hypothèse d’évolution des modalités générales de financement de l’enseignement supérieur et de la recherche qui modifierait les équilibres actuels entre financements par l’État, par les familles et par les acteurs socio-économiques fasse l’objet d’un débat préalable impliquant les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Proposition 8. Les droits d’inscription doivent continuer à être déterminés par l’Etat. Si un futur gouvernement décidait de les augmenter, il devrait accompagner une telle décision de mesures de soutien aux étudiant-e-s, et en aucune façon ne baisser en contrepartie les financements publics alloués aux universités.

Proposition 9. La subvention de l'État aux universités doit être actualisée chaque année sur la base du principe du décideur/payeur. Il devrait en être ainsi du GVT, de la compensation boursière, et de toute dépense obligatoire découlant d’une décision prise par l’État. Le principe décideur/payeur doit être sanctuarisé dans le cadre d’un protocole entre l'État et la CPU.

Proposition 10. La CPU rappelle son attachement à l'existence d'un modèle d’allocation des moyens transparent. Il doit être un vrai système de répartition et pas seulement un système d'aide à la décision. Il doit être construit sur la base d'indicateurs d'activité et d’efficience simples intégrant des dimensions qualitatives, avec des critères clairs, transparents et stables, liés à la stratégie de l’État selon une vision partagée avec les établissements sur l'avenir de l’ESR, à moyen et long terme.

Proposition 11. Les mécanismes nationaux de prise en compte des coûts indirects doivent être alignés sur ceux mis en place par l’Europe (coût forfaitaire d’un montant de 25%) quels que soient l’agence de moyens ou le programme mis en œuvre (PIA et ANR notamment). Cette mesure doit aussi concerner les financements issus des associations et des fondations.

Proposition 12. Les fonds de roulement des établissements doivent être préservés, parce qu’ils assurent leur capacité d’investissement et pas uniquement dans le domaine du patrimoine, selon une stratégie pluriannualisée.

Proposition 13. Les établissements, en vertu de leur autonomie, doivent bénéficier de la totalité des produits de cession de leurs bâtiments et pouvoir recourir à l’emprunt, qu’ils bénéficient ou non de la dévolution du patrimoine.

Proposition 14. La CPU demande un « grand plan de rénovation du patrimoine des universités » en complément de l’augmentation du financement récurrent. Ce plan doit marquer l’engagement de notre pays pour la transition énergétique et écologique de son dispositif d’enseignement supérieur et de recherche, et doit se traduire par une dotation significative aux investissements dans les budgets des universités. Cet engagement doit inclure l’amélioration de l’hébergement et de la restauration des étudiants.

Proposition 15. Afin de sécuriser les conditions de dévolution du patrimoine, celle-ci doit être accompagnée d’une dotation de mise aux normes ainsi que d’une dotation récurrente annuelle.

Proposition 17. La CPU demande que, comme c’est le cas actuellement, au sein des périmètres des regroupements, chaque établissement qui le souhaite puisse conserver son autonomie financière avec des dotations qui lui seront directement versées.

Proposition 18. L’enveloppe globale négociée par chaque établissement dans le cadre du contrat doit intégrer les spécificités des établissements générant des dépenses non prises en compte dans les dotations récurrentes, tant en ce qui concerne la mission formation et insertion professionnelle (par exemple maintien de formation dans les disciplines rares), que la mission recherche et valorisation (notamment, la prise en compte de l’hébergement des équipes de recherche, incluant les chercheurs et ITA des EPST participant aux UMR), l’acquisition d’équipements lourds.

Proposition 19. La CPU rejette toute idée de hiérarchisation des universités qui les opposerait, par exemple, en réservant à certaines le « privilège » de délivrer des masters ou des doctorats, ou encore d’avoir une véritable politique en matière de recherche. La CPU rappelle que toute université par définition a au cœur de ses missions la formation et la recherche.

Proposition 20. La CPU souhaite que soient assouplies les règles de composition des conseils centraux des universités, afin de permettre une adaptation aux caractéristiques de chaque université et de son environnement. Proposition 21. Les universités doivent pouvoir définir librement leurs domaines disciplinaires de référence pour les collèges électoraux, en fonction de leurs spécificités.

Proposition 22. Pour répondre à la demande de certains regroupements d’établissements, le cadre législatif actuel doit être assoupli afin de permettre aux acteurs de s’organiser sur la base de leur projet partagé.

Proposition 23. Les établissements d’un territoire doivent être libres de se fédérer à travers des espaces de coopération, de mutualisation et de solidarité, sans périmètre imposé administrativement, mais qui assurent néanmoins, sous le contrôle de l’État, une couverture homogène et cohérente de l’ensemble du territoire national. Ces coopérations ont vocation à être organisées dans le cadre de politiques de site non exclusives de la constitution de réseaux thématiques entre établissements.

Proposition 24. La CPU souhaite que soit poursuivie la politique de rapprochement entre écoles et universités. Proposition 25. La CPU demande que soit effectuée une évaluation fine de l’impact de l’ensemble des outils PIA sur l’enseignement supérieur et la recherche et en particulier sur son organisation territoriale.

Proposition 26. Il est indispensable de reconnaître le rôle des établissements et de leurs regroupements, comme partenaires privilégiés des conseils régionaux, participant pleinement, à ce titre, à la définition et au contenu du schéma régional et des objectifs inscrits aux CPER.

Proposition 27. Dans l’objectif de pouvoir disposer de gouvernance partagée sur des projets territoriaux communs, il faut donner la possibilité aux collectivités territoriales ou à leurs regroupements de participer à la constitution de structures communes de projets avec des EPCSCP, sans avoir à passer par une procédure de décret spécifique.

Proposition 28. La CPU demande que soit créée, au sein du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, une direction générale des ressources humaines spécifique à l'enseignement supérieur, respectueuse de l’autonomie des établissements et travaillant en étroite relation avec une direction de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Proposition 29. La procédure de qualification aux fonctions de maître de conférences et de professeur doit être supprimée et celle d’accès au corps des professeurs des universités doit être unifiée quelles que soient les sections du CNU. De façon générale, il faut revoir l’ensemble du processus de recrutement des enseignant-e-s-chercheur-e-s de façon à l’adapter aux standards internationaux. Le cadre du recrutement des personnels doit être assoupli pour mieux respecter l’autonomie et la stratégie des établissements, que ce soit pour la composition des comités de sélection, l’organisation des réunions, les modalités d’audition, la validation des listes de candidats, ou les conditions d’accueil de la personne recrutée, quel que soit son statut : permanent ou temporaire.

Proposition 30. À l’instar de ce qui a été fait pour les sciences économiques et les sciences de gestion, les sections 01 à 04 du CNU doivent être décontingentées.

Proposition 31. Les établissements doivent retrouver la maîtrise de leurs recrutements en adéquation avec leur stratégie, en modifiant les procédures prévues pour les rapprochements de conjoints et les mutations, afin que priment l’adéquation au profil de poste et l’évaluation par les pairs, dans le cadre des comités de sélection réunissant des spécialistes de la discipline.

Proposition 32. La CPU souhaite que les promotions soient décidées localement en s’appuyant sur un processus d’évaluation transparent, éventuellement réalisé dans le cadre d’un dispositif national, afin que les établissements puissent mieux accompagner, dans le cadre de leur politique de ressources humaines, l’évolution des carrières de leurs personnels

Proposition 33. Il est nécessaire de repenser le cadre des missions des enseignant-e-schercheur-e-s et la façon dont leurs activités sont comptabilisées en s’inspirant, par exemple, de ce qui est pratiqué dans les universités au Québec. Il faut notamment innover en matière de référentiels d’activité (référentiels d’équivalence horaire).

Proposition 34. La CPU demande la déconcentration au niveau des établissements ou des sites de la gestion des enseignant-e-s de statut second degré (PRAG, PRCE…) et de la filière bibliothèque, ainsi que l’achèvement de l’harmonisation de la gestion des personnels BIATSS.

Proposition 35. La CPU souhaite que les établissements aient plus de latitude pour la création d’emplois fonctionnels. Proposition 36. La proportion des concours ITRF internes par rapport aux concours externes doit être augmentée.

Proposition 37. La CPU propose que l’accès aux cursus de licence puisse s’appuyer sur des prérequis définis et affichés pour chaque licence, et s’oppose au tirage au sort actuellement pratiqué dans les filières en sureffectif.

Proposition 38. La CPU demande une réflexion de fond sur l’organisation du bac-3/bac+3 et la nature du baccalauréat. Elle souhaite une nouvelle organisation du baccalauréat donnant plus de place au contrôle continu et limitant le nombre d’épreuves de fin d’année et sur lesquelles pourraient s’appuyer l’orientation et la vérification des prérequis.

Proposition 39. Les universités doivent être libres d’expérimenter de nouveaux cursus ou double cursus en étant autorisées, notamment, à déroger si besoin aux nomenclatures.

Proposition 40. Il faut autoriser les 3èmes années de licence ne prenant pas strictement la suite d’une 1ère et 2ème année (« licence suspendue ») mais qui offrent une diversification des débouchés pour les L2 de différentes disciplines (par exemple en Sciences de l’éducation), et encourager les cursus post-bacs visant une licence professionnelle. La licence professionnelle doit être diversifiée afin de pouvoir être conçue comme une formation en 2 à 6 semestres, permettant l’attribution de 60 à 180 crédits ECTS.

Proposition 41. Une concertation, associant les enseignant-e-s de tous les niveaux d’étude, doit être engagée afin revoir les procédures d’orientation et d’accompagnement individualisé des élèves et des étudiant-e-s.

Proposition 42. Il faut clarifier les procédures d’accréditation et de délivrance des diplômes pour l’ensemble de l’enseignement supérieur, public et privé, en particulier concernant le niveau licence en incluant la problématique du « bachelor ».

Proposition 43. Il est impératif de reconnaître aux universités leur autonomie pédagogique et en particulier, il faut les autoriser à mettre en place un contrôle continu intégral sans 2nde session (mais avec session de rattrapage pour les candidat-e-s empêché-e-s notamment pour raisons de santé) et à limiter le nombre d’inscriptions successives sans progression en licence.

Proposition 44. Des enseignant-e-s-chercheur-e-s doivent être systématiquement associés à la conception des programmes du second degré.

Proposition 45. Les BTS doivent être systématiquement organisés en ECTS pour faciliter les passerelles et sécuriser les parcours.

Proposition 46. La CPU demande que les étudiants ayant interrompu leurs études et qui souhaitent les reprendre, et que ceux qui suivent les modules de remédiation organisés par l’université avant l’entrée à l’université, bénéficient des mêmes aides sociales que les étudiants ayant un cursus de réussite linéaire.

Proposition 47. La démarche initiée avec les projets PEPITE doit être soutenue, poursuivie et amplifiée, et le statut de l’étudiant entrepreneur doit être conforté.

Proposition 48. Il faut clarifier et faire évoluer les modes de financement de la formation continue afin que les universités soient incitées à investir plus largement le champ de la formation tout au long de la vie, et que les salarié-e-s des secteurs publics et privés puissent accéder plus largement aux diplômes de l’enseignement supérieur, que ce soit via la formation continue, ou par le biais de la Validation des acquis d’expérience (VAE), qui reste le vecteur principal de la reconnaissance par un diplôme de compétences acquise par l’activité professionnelle.

Proposition 49. Afin de faciliter le développement de la formation continue et de l’enseignement à distance, la CPU demande que soient rendues possibles les convention de délégation à des organismes de formation.

Proposition 50. La CPU demande la séparation complète entre les organismes collecteurs de la taxe d’apprentissage et les organismes de formations qui en sont bénéficiaires.

Proposition 51. La CPU demande l’abandon par l’administration du terme équipe d’accueil (EA) et son remplacement par la dénomination unité de recherche (UR), déclinable en unité mixte de recherche (UMR) et unité propre de recherche (UPR) d’un organisme ou d’une université.

Proposition 52. La responsabilité administrative des unités mixtes de recherche, implantées dans les universités, a vocation à être assurée par celles-ci en application d’un principe de responsabilité de l’hébergeur.

Proposition 53. L’ANR doit avoir pour priorités le renforcement des programmes favorisant les jeunes chercheur(e)s et les thématiques émergentes, et le soutien aux interactions entre les thématiques et les disciplines. Ses mécanismes doivent être simplifiés, la durée et le montant des projets revus, la transparence du processus garantie, l’envoi des rapports d’expertises aux candidat-e-s non retenu-e-s systématique, le contrôle assuré réellement ex-post et non plus tout au long du processus.

Proposition 54. Le processus de sélection en deux étapes à l’œuvre à l’ANR nécessite d’être analysé et remis à plat.

Proposition 55. La CPU demande le lancement d’un plan national de recherche sur les transitions sociétales.

Proposition 56. En lien avec les alliances, il faut créer des espaces de dialogue entre le monde de la recherche et les décideurs politiques, économiques et sociaux.

Proposition 57. Il est nécessaire de faciliter les marchés publics d’innovations avec les acteurs économiques d’un territoire.

Proposition 58. Des mécanismes vertueux doivent être mis en place pour permettre une redistribution du Crédit Impôt Recherche au bénéfice de l’enseignement supérieur et de la recherche publics, par exemple en prenant en compte le volume de recrutement de docteurs dans la détermination du montant du CIR.

Proposition 59. Les universités et les EPST doivent être incités financièrement à développer des laboratoires conjoints avec les entreprises. Il faut ouvrir le dispositif « mandataire légal unique » à tous les résultats de la recherche valorisables.

Proposition 60. Les contrats CIFRE doivent être développés et les accords de collaboration/transfert centrés autour d’actions communes et de services doivent être amplifiés.

Proposition 61. Un observatoire des disciplines rares doit être mis en place pour suivre précisément l’évolution de ces disciplines. Il devra travailler en réseau avec d’autres observatoires européens.

Proposition 62. La CPU demande le développement dans tous les pôles de compétitivité d’actions consacrées à la formation, y compris dans le domaine des sciences humaines et sociales, notamment à la formation par la recherche, sa valorisation et son évolution reposant sur une collaboration active avec les universités.

Proposition 63. La CPU souhaite une approche coordonnée des programmes européens, fondée sur les écosystèmes et liens entre formation, recherche et innovation : imprégnation mutuelle des programmes H2020 et Erasmus+ et fonds structurels.

Proposition 64. La CPU souhaite un renforcement des programmes européens de mobilité et leur élargissement à l’espace méditerranéen et la suppression de l’approbation préalable des conventions de co-diplomation ou de double diplomation.

Proposition 65. Pour développer l’attractivité de l’ESR français, ainsi que la mobilité entrante et sortante des étudiant-e-s, des chercheur-e-s et des enseignant-e-s, les établissements doivent pouvoir apprécier, en lien avec les services de l’État, l’opportunité d’accueil des étrangers, dans un cadre réglementaire dissocié de celui de l’immigration.

Proposition 66. La CPU demande la suppression de la soumission préalable au ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche des conventions internationales, sauf en cas de nécessité de protection du patrimoine national. Une liste des pays pour lesquels cet accord préalable serait maintenu doit être établie et maintenue à jour en concertation avec la CPU.

Proposition 67. La CPU souhaite le développement des bourses de mobilité, impliquant acteurs territoriaux, nationaux et internationaux et conjuguant les moyens issus de différentes sources de financement.

Proposition 68. Le statut des ÉSPÉ, composantes spécifiques des universités, doit être préservé, laissant aux universités l’autonomie de choisir de les rattacher à l’une d’elles ou à un de leurs regroupements selon les réalités locales et en renforçant l’institution d’un pilotage partagé entre les partenaires du projet académique de l’ÉSPÉ.

Proposition 69. La mission de formation initiale et continue des enseignant-e-s doit expressément figurer dans le contrat de l’établissement de rattachement ou dans celui du regroupement ; il doit préciser l’engagement des établissements partenaires

Proposition 71. L’organisation générale du cursus des masters « Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » doit être revue. En particulier, la question de la place et de la nature des concours doit être posée, ainsi que celle de la charge de travail des étudiants dans les M2 actuels.

Proposition 72. Comme pour toutes les formations, l’entrée dans les formations médicales de l’enseignement supérieur doit être conditionnée à l’existence de prérequis et d’un projet professionnel de l’étudiant-e.

Proposition 73. Le numerus clausus doit être maintenu mais devra être régionalisé en tenant compte des besoins en termes de santé et des capacités de formation; de la même manière, la répartition des étudiants de 3ème cycle des études médicales doit être régionalisée

Proposition 74. Il faut généraliser les passerelles d’entrée dans les formations paramédicales au bénéfice des étudiant-e-s n’ayant pas réussi la PACES, mais ayant validé leurs unités d’enseignements.

Proposition 75. Les formations paramédicales doivent être intégrées à l’université. Cela passe par une attribution concrète de moyens pour créer une véritable offre publique de formation paramédicale (à partir de Bac+3) au sein des universités.

Proposition 76. Concernant les formations paramédicales, la CPU préconise la création d’une première année d’études commune à l’ensemble des formations.

Proposition 77. Afin de garantir un statut d’étudiant-e de droit commun aux étudiant-e-s préparant les diplômes d’État des formations paramédicales, ces derniers doivent être mis sous la tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Proposition 78. L’université, en lien avec les conseils nationaux des ordres, doit devenir l’opérateur de la formation continue des professionnel-le-s de santé préparant à une recertification.

Proposition 79. Le rôle et la place de l’Université dans la gouvernance des CHU doivent être redéfinis dans le cadre de sa refondation.

Proposition 80. La politique de recherche des CHU doit impérativement être articulée avec celle de l’université, sans dissocier recherche clinique, translationnelle et fondamentale.

Proposition 81. L’État doit définir et expliciter sa stratégie en matière de numérique pour l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, et garantir à tous l’accès au THD (très haut débit).

Proposition 82. L’accélération de la transformation numérique doit être encouragée par l’État à travers le financement récurrent des établissements, le contrat et des appels à projets spécifiques qui pourraient notamment être proposés dans le cadre du PIA. Pour accompagner ces transformations, des moyens doivent être prévus pour la formation tout au long de la vie, notamment celle des enseignant-e-s et pour mener des travaux de recherche sur l’impact du numérique.

Proposition 83. La CPU demande un plan afin de développer des infrastructures sécurisées organisées nationalement de stockage et de services afin d’assurer une maitrise publique des données de la recherche et de la formation. Les équipements informatiques lourds, notamment pour le stockage et la mise à disposition des big data, doivent faire l’objet d’une politique et d’une gestion nationales afin d’en rationaliser le coût et d’en garantir l’accès.

Proposition 84. L’accès à l’Open Science doit être encouragé par un grand plan national, dans l’esprit de la loi pour une République numérique.

 

 

Dimanche 25 juin 2017 @ 11:19:09 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La fabrique à projets

WikiFAB Tutoriels pour tout fabriquer, écrits par tous Pas-à-pas gratuits et open-source que tout le monde peut créer et améliorer.

WikiFAB-tout-fabriquer-TEC2017.jpg

http://wikifab.org

Wikifab, la plateforme de partage de tutoriels libres est lancée en version bêta. Le nombre de tutoriels publiés est pour l'instant limité. Nous vous invitons à publier vos tutoriels dès maintenant afin d'enrichir la plateforme. De notre côté, nous faisons notre part en publiant régulièrement les tutoriels de nos créations.

Wikifab est en cours de création, il reste de nombreuses fonctionnalités à ajouter et des bugs peuvent apparaître malencontreusement... Veuillez nous excuser. Nous comptons sur vous pour nous aider à améliorer la plateforme en nous communiquant vos commentaires sur notre forum de discussion.
Merci et bienvenue à bord ! - L'équipe Wikifab

Site Français Site Anglais

Qu'est-ce que Wikifab ?

Imaginez un monde dans lequel chaque individu peut apprendre à tout créer lui-même. Nous créons un catalogue de tutoriels pour tout fabriquer soi-même, écrit par des volontaires et fonctionnant sur le principe du wiki. Des objets de la vie courante aux objets technologiques, Wikifab héberge des tutoriels libres, réalisables par tous et que chacun peut modifier et améliorer.

Nous faisons cela car nous pensons que le « Do It Yourself » et les bénéfices écologiques, économiques et sociaux qui en découlent, peuvent participer à la résolution d'une partie des défis de notre époque.

Wikifab est une association loi 1901 fondée en octobre 2015 à Paris. Nous recherchons activement des "Connectors" (membres actifs) souhaitant s’impliquer bénévolement pour animer la communauté Wikifab sur leur domaine de compétence. Si l'aventure Wikifab vous intéresse contactez nous.

Notre mission

Notre mission est d'assister une communauté de bénévoles qui fabriquent des objets par eux-mêmes, de les inviter à documenter leurs créations dans des tutoriels et de rendre disponible cette connaissance gratuitement à chacun, quel qu'en soit son usage.

Nous hébergeons des tutoriels libres, construits sous forme de pas-à-pas et illustrés de photos de qualité. Les ressources nécessaires à la réalisation du tutoriel (détaillées en chapeau de chaque page) ont pour objectif de faciliter la prise en main du tutoriel par le lecteur afin de l'aider à achever l'objet dans les meilleures conditions. Tous les tutoriels de Wikifab sont en progression et peuvent être améliorés n’importe quand par n'importe qui.

Nous nous appliquons à développer une plateforme simple et intuitive pour rendre la rédaction de tutoriels la plus accessible et amusante possible.

Nous travaillons de concert avec un réseau de Connectors volontaires afin de parvenir à ce but.

Particularité du wiki

Contrairement à un wiki classique (tel que Wikipedia), Wikifab contraint les contributeurs à utiliser une mise en page standardisée pour créer une page tutoriel. Cette contrainte vise à harmoniser la présentation de chaque tutoriel sous forme de pas-à-pas, afin que le lecteur s’approprie le tutoriel le plus rapidement possible et que ses chances de réussir l'objet du tutoriel soient les meilleures possibles.

Wikifab fonctionne sur le moteur MediaWiki, un logiciel open source développé à l’origine pour Wikipédia.

Notre mission : libérer et diffuser les savoir-faire

La mission de Wikifab est de mettre à disposition du plus grand nombre des savoirs libres dédiés à la fabrication de tous les objets. Nous espérons ainsi apporter une pierre à l’édifice émergent d’une économie citoyenne reposant sur la fabrication par soi-même (ou "Do it Yourself" en anglais). Nous souhaitons avoir une organisation la plus transparente et ouverte possible, c’est pourquoi nous avons choisi le format associatif, plutôt que la coopérative ou la société.

Ressources de l'association

Les ressources de l'association comprennent :

  • Des dons de sympathisants ;
  • La participation bénévole de sympathisants à la conception du logiciel ;
  • Des financements publics ;
  • Les bénéfices de ses activités économiques. En effet, l’association propose des goodies (T-shirts, Pins, etc.) à l'effigie de l'association ou l’organisation d’évènements sur le site : http://shop.wikifab.org.

L’ensemble des bénéfices des activités économiques sont réinvestis dans le projet associatif au titre de l’intérêt général.

Modèle économique

Wikifab héberge des contenus qui ont un potentiel économique, mais l'association n’a pas vocation à tirer profit de ces contenus, ni à faire de la publicité. L'absence de publicité est un élément essentiel du projet car il nous offre une complète indépendance vis-à-vis des marques et des fabricants, ce qui pourrait compromettre la qualité des tutoriels.

Le logiciel Wikifab est développé de façon collaborative. Son code source est publié sous licence open source et devient un Bien Commun.

Par ailleurs, si les ressources de l'association ne suffisent pas à récompenser le travail fourni et que cela met en péril la pérennité de l'association, les fondateurs de Wikifab envisagent de commercialiser des services basés sur le logiciel Wikfab (étant entendu que ce dernier restera open-source). Cette commercialisation se fera par l'intermédiaire d'une structure tierce, indépendante du projet Wikifab et ne remettra pas en cause le caractère libre du logiciel Wikifab.

Exploitation du logiciel par des tiers

Si des personnes ou des organisations souhaitent faire commerce du logiciel Wikifab, elles le peuvent car elles ont toute la documentation technique et personne n’a d’exclusivité commerciale. La licence open source s’impose à leurs produits.

Licences des tutoriels

Suivant les principes du Matériel Libre (ou "Open Source Hardware" en anglais), vous pouvez choisir de distribuer vos tutoriels librement suivant l'une des 4 licences libres suivantes :

  • Attribution (CC BY)
  • Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions (CC BY-SA)
  • CERN Open Hardware Licence v1.2
  • TAPR Open Hardware License v1.0

Tout le monde pourra ainsi modifier votre tutoriel (dans le but de l'améliorer) et toute création dérivée pourra être utilisée à des fins commerciales.

Pourquoi publier sous licence libre ?

Aujourd'hui, la plupart des connaissances nécessaires à la fabrication d'un produit sont inaccessibles par leur complexité ou sont « protégées » par des brevets. En mettant à la disposition de tous les « recettes de fabrication » de votre produit, vous permettez aux citoyens de s’approprier certains secteurs économiques et de ne plus dépendre d’une industrie en particulier.

Ensuite, parce que même si vous êtes le ou la meilleur(e) créateur(rice) du monde, partager votre recette de fabrication vous permettra d'améliorer votre propre produit et d'apprendre de nouvelles choses.

Les inventions de l’humanité appartiennent à tous et se nourrissent de tous ! C'est cela l'ambition de l'économie open source !

Si vous n'êtes toujours pas convaincu, nous vous invitons à regarder cette vidéo (en anglais) de Nathan Seidle de la société Sparkfun ou cet article de Benjamin Tincq du collectif OuiShare, qui expliquent les principes et enjeux de l'open source hardware bien mieux que nous !

Modération des contributions

Quelques soient les modifications apportées par un utilisateur, toutes les versions des tutoriels sont sauvegardées. Il est donc toujours possible de révoquer une modification pour revenir à une version antérieure.

En cochant "Suivre cette page" au moment de l'enregistrement de vos contributions, vous pouvez suivre les modifications apportées par un contributeur tier. Vous pourrez ainsi débattre avec la communauté sur la page "discussion" si vous pensez que les modifications apportées ne sont pas pertinentes.

Nous rejoindre

Wikifab est une communauté de philanthropes qui collaborent chaque jour à créer un catalogue de tutoriels libres pour apprendre à tout fabriquer. Vous souhaitez rejoindre l'aventure ? Découvrez ci-dessous 4 façons de vous impliquer.

1. Devenir Connectors

Les Connectors sont des bénévoles passionnés qui nous aident à atteindre notre mission en animant la communauté Wikifab à l’échelle de leur région et/ou sur leur spécialité/métier. Ils font le pont entre les contributeurs et les utilisateurs.

Les Connectors participent à l’élaboration de la stratégie de Wikifab et prennent part aux décisions.

C’est le Connector lui-même, en collaboration avec l’équipe Wikifab à Paris, qui définit le périmètre et la portée de ses actions. Il n’y a pas d’engagement de durée. Un Connector peut cesser ses activités de Connector quand bon lui semble. Ainsi, un Connector très impliqué prendra la responsabilité complète de Wikifab dans son pays. Alors qu’un Connector à temps partiel apportera son aide à la communauté quand il trouve le temps.

Pour devenir Connector, écrivez-nous vos motivations par email à team@wikifab.org. Nous sommes curieux de savoir :

  • Qui vous êtes
  • Votre discipline / métier
  • Comment vous pouvez aidez Wikifab

2. Devenir Traducteur

Wikifab.org a des ambitions mondiales. Aidez-nous à traduire Wikifab dans votre langue.

Nous travaillons actuellement sur la version anglaise, mais toutes les autres langues suivront.

Si vous souhaitez nous aider à traduire Wikifab dans votre langue natale, envoyez-nous un courriel à team@wikifab.org en nous indiquant les langues que vous pratiquez de façon courante. Nous vous transmettrons des accès pour traduire les textes de la plateforme.

3. Devenir Programmeur

Le code de Wikifab est open-source. N'importe qui peut le télécharger et l'installer sur son serveur public ou privé.

Nous souhaitons ouvrir le code de Wikifab pour permettre aux développeurs d'améliorer le code source et créer de nouvelles fonctionnalités. Nous faisons cela dans un souci de cohérence avec les licences open source auxquelles vos contributions sont soumises, car nous pensons que c'est la meilleure chose à faire pour le monde et la technologie.

Vous êtes développeur ? Aidez-nous à maintenir la qualité du code en développant des modules et les partageant au sein de la communauté.

La version bêta (version actuelle) n'est pas encore disponible librement car nous devons faire un effort préalable de structuration du code afin de permettre la collaboration entre les développeurs. Toutefois, si vous souhaitez déjà avoir accès au code, envoyez-nous un courriel à developers@wikifab.org en détaillant vos motivations et nous vous transmettrons un fichier .zip avec le code de la version bêta.

4. Rejoindre l'équipe fondatrice à Paris

Wikifab est né à Paris. Nous sommes actuellement une jeune et toute petite équipe. Nous recherchons des bénévoles prêt à nous aider. Voici les activités qui cherchent preneur :

  • Vie associative
  • Organisation d’événements
  • Facilitation de communication interne
  • Communication publique / Media
  • Photographie / vidéo
  • Recherche de fonds (subventions, projets de recherche, crowdfunding)
  • Méthodes de fonctionnement alternatif (sociocratie, holacratie, etc)

Vous pouvez postuler librement en transmettant vos candidatures spontanées à team@wikifab.org. Promis, nous répondons à toutes les demandes.

 

Jeudi 22 juin 2017 @ 12:03:20 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 24 au 30 juin 2017

Samedi 24 juin à 22h50 sur ARTE "Océans, le mystère plastique - 2016"
RADIO Dimanche 25 juin à 17h00 sur France Culture "Rue des écoles "
Lundi 26 juin à 20h30 sur Public Sénat "Jeux vidéo, les nouveaux maîtres du monde - 2015"
Mardi 27 juin à 17h10 sur ARTE "X:énius, Google et son impact sur notre monde "
Mardi 27 juin à 23h55 sur RMC Découverte "Trains, deux siècles d'innovation - 2016"
Jeudi 29 juin à 17h05 sur ARTE "X:énius, Analogique ou numérique, comment préserver notre mémoire collective ? "

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Mardi 20 juin 2017 @ 23:10:59 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans C'est officiel

Arrêté du 16 juin 2017 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements dans les classes de collège

16-juin-2017-modifie-19-mai 2015 TEC2017.jpg
 
 
JORF n°0142 du 18 juin 2017 
texte n° 12 



Arrêté du 16 juin 2017 modifiant l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements dans les classes de collège 

NOR: MENE1717553A
ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/6/16/MENE1717553A/jo/texte
 


Le ministre de l'éducation nationale,
Vu le code de l'éducation, notamment ses articles L. 121-3, L. 332-2 à L. 332-5 et D. 332-1 à D. 332 -15  ;
Vu l'arrêté du 19 mai 2015 relatif à l'organisation des enseignements dans les classes de collège  ;
Vu l'avis du Conseil supérieur de l'éducation en date du 8 juin 2017,
Arrête :

Article 1


L'article 3 de l'arrêté du 19 mai 2015 susvisé est modifié ainsi qu'il suit :
1° Le deuxième alinéa du I est supprimé ;
2° Au premier alinéa du II, le mot : «  et  » est remplacé par le mot : «  ou  » ;
3° Le b du II est complété par une phrase ainsi rédigée : «  A l'issue du cycle 4, tout élève doit avoir bénéficié de chacune des formes d'enseignements complémentaires. Ces derniers contribuent, avec les autres enseignements, à la mise en œuvre du parcours citoyen, du parcours d'éducation artistique et culturelle, du parcours éducatif de santé ainsi que du parcours Avenir.  »

Article 2


L'article 4 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 4. - La répartition entre les enseignements complémentaires est déterminée par l'établissement, en fonction des besoins des élèves accueillis et du projet pédagogique de l'établissement. Elle est identique pour tous les élèves d'un même niveau.
« Dans les collèges publics, cette répartition est fixée par le conseil d'administration après avis du conseil pédagogique.
« Dans les collèges privés sous contrat, cette répartition est fixée par le chef d'établissement en concertation avec les professeurs. Ces derniers sont informés par le chef d'établissement des suites de cette consultation.  »


L'article 5 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 5. - Conformément au 1 ° de l'article L. 121-3 du code de l'éducation, un enseignement commun ou un enseignement complémentaire peut à chaque niveau être dispensé dans une langue vivante étrangère, ou régionale, à la condition que l'enseignement en langue étrangère, ou régionale, ne représente pas plus de la moitié du volume horaire de l'enseignement considéré.  »

Article 4


L'article 6 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 6. - Outre la dotation horaire correspondant aux enseignements obligatoires, une dotation horaire, sur la base de trois heures par semaine et par division, est mise à la disposition des établissements qui en arrêtent l'emploi conformément à l'article D. 332-5 du code de l'éducation et dans les conditions prévues aux II et III de l'article D. 332-4.
« Cette dotation horaire attribuée à l'établissement lui permet de favoriser le travail en groupes à effectifs réduits et les interventions conjointes de plusieurs enseignants. En outre, elle peut être utilisée pour proposer un ou plusieurs enseignements facultatifs.  »

Article 5


L'article 7 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 7. - Les enseignements facultatifs peuvent porter sur :
« a) les langues et cultures de l'Antiquité au cycle 4, dans la limite d'une heure hebdomadaire en classe de cinquième et de trois heures hebdomadaires pour les classes de quatrième et de troisième  ;
« b) une deuxième langue vivante étrangère, ou régionale, en classe de sixième. Le cas échéant, l'enseignement des deux langues vivantes se fait dans la limite de six heures hebdomadaires  ;
« c) un enseignement de langues et cultures européennes, s'appuyant sur l'une des langues vivantes étudiées, dans la limite de deux heures hebdomadaires au cycle 4  ;
« d) les langues et cultures régionales, en classe de sixième et au cycle 4, dans la limite de deux heures hebdomadaires.
« Le cas échéant, une dotation horaire spécifique peut être attribuée à cette fin.  »

Article 6


L'article 8 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 8. - Les volumes horaires des enseignements obligatoires des classes de troisième dites  “préparatoires à l'enseignement professionnel”, installées dans des collèges ou des lycées, sont identiques à ceux des autres classes de troisième. Il s'y ajoute un enseignement de découverte professionnelle, pour lequel ces classes disposent d'un complément de dotation horaire spécifique.
« Les enseignements complémentaires doivent permettre aux élèves de ces classes de découvrir différents champs professionnels afin de construire leur projet de formation et d'orientation, sans se limiter à cet objectif. Ces élèves bénéficient en outre de périodes de stage en milieu professionnel  ».

Article 7


L'article 9 du même arrêté est remplacé par les dispositions suivantes :


« Art. 9. - L'établissement peut moduler la répartition du volume horaire hebdomadaire par discipline, dans le respect à la fois du volume horaire global dû à chaque discipline d'enseignement obligatoire pour la durée du cycle, du volume horaire global annuel des enseignements obligatoires dû à chaque élève et des obligations réglementaires de service des enseignants. La répartition du volume horaire des enseignements obligatoires doit rester identique pour tous les élèves d'un même niveau. Toutes les disciplines d'enseignement obligatoire sont enseignées chaque année du cycle.
« Dans les collèges publics, cette modulation est fixée par le conseil d'administration après avis du conseil pédagogique.
« Dans les collèges privés sous contrat, cette modulation est fixée par le chef d'établissement en concertation avec les professeurs. Ces derniers sont informés par le chef d'établissement des suites de cette consultation.  »

Article 8


L'article 10 du même arrêté est abrogé.

Article 9


Les tableaux annexés au même arrêté sont remplacés par les deux tableaux annexés au présent arrêté.

Article 10


Le présent arrêté est applicable dans les îles Wallis et Futuna.

Article 11


Le présent arrêté entre en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2017.

Article 12


La directrice générale de l'enseignement scolaire est chargée de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

  • Annexe


    ANNEXES
    ANNEXE 1
    Niveau sixième (cycle 3)


    Volumes horaires des enseignements obligatoires applicables aux élèves du niveau sixième de collège

     


    ENSEIGNEMENTS

    HORAIRES HEBDOMADAIRES

    Education physique et sportive

    4 heures

    Enseignements artistiques (*)
    (arts plastiques + éducation musicale)

    1 heure + 1 heure

    Français

    4,5 heures

    Histoire - Géographie - Enseignement moral et civique

    3 heures

    Langue vivante

    4 heures

    Mathématiques

    4,5 heures

    SVT, technologie,
    physique-chimie

    4 heures

    Total (* *)

    26 heures, dont 3 heures d'enseignements complémentaires

    (*) Chacun de ces enseignements peut être organisé à raison de 2 heures hebdomadaires sur un semestre.
    (* *) S'y ajoutent au moins 10 heures annuelles de vie de classe.

     

  • Annexe


    ANNEXE 2
    Niveaux du cycle 4


    Volumes horaires des enseignements obligatoires applicables aux élèves des niveaux du cycle 4 de collège

     


    ENSEIGNEMENTS

    HORAIRES HEBDOMADAIRES

    Cinquième

    Quatrième

    Troisième

    Education physique et sportive

    3 heures

    3 heures

    3 heures

    Enseignements artistiques (*) (arts plastiques + éducation musicale)

    1 heure + 1 heure

    1 heure + 1 heure

    1 heure + 1 heure

    Français

    4,5 heures

    4,5 heures

    4 heures

    Histoire - Géographie - Enseignement moral et civique

    3 heures

    3 heures

    3,5 heures

    Langue vivante 1

    3 heures

    3 heures

    3 heures

    Langue vivante 2

    2,5 heures

    2,5 heures

    2,5 heures

    Mathématiques

    3,5 heures

    3,5 heures

    3,5 heures

    SVT

    1,5 heure

    1,5 heure

    1,5 heure

    Technologie

    1,5 heure

    1,5 heure

    1,5 heure

    Physique-Chimie

    1,5 heure

    1,5 heure

    1,5 heure

    Total (* *)

    26 heures, dont 4 heures d'enseignements complémentaires

    (*) Chacun de ces enseignements peut être organisé à raison de 2 heures hebdomadaires sur un semestre.
    (* *) S'y ajoutent au moins 10 heures annuelles de vie de classe par niveau.

     


Fait le 16 juin 2017.


Jean-Michel Blanquer


Mardi 20 juin 2017 @ 11:03:56 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 17 au 23 juin 2017

Samedi 17 juin à 15h10 sur ARTE "Guédelon - 2015"
RADIO Dimanche 18 juin à 17h00 sur France Culture "Rue des écoles "
Dimanche 18 juin à 18h10 sur ARTE "Les grands magasins, ces temples du rêve : KaDeWe, Berlin - 2016"
Mercredi 20 juin à 20h50 sur RMC Découverte "B787 à la conquète du ciel français - 2017"
Vendredi 23 juin à 17h05 sur ARTE "Xénius, faut-il bannir les voitures des centres villes ? -2017"

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Mercredi 14 juin 2017 @ 00:47:58 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans C'est officiel

CATALOGUE DE RESSOURCES EN AUTO-FORMATION du moteur de recherche http://www.sup-numerique.gouv.fr

sup-numerique-TEC2017.jpg

http://www.sup-numerique.gouv.fr/pid33288/moteur-des-ressources-pedagogiques.html

SÉLECTION DES RESSOURCES

Les ressources en auto-formation présentes dans le moteur Sup-Numerique sont mises à disposition par les Universités Numériques Thématiques pour :

  • être moissonnées
  • être visibles sur le portail sup-numerique.gouv.fr.

Ces ressources s'adressent autant aux enseignants qu'aux étudiants. Elles s'inscrivent dans les parcours de formation et sont validées par les communautés scientifiques des Universités Numériques Thématiques. Leurs fiches descriptives sont indexées en respectant les standards SupLOMFR.

Les U.N.T. mutualisent à l'échelle nationale des contenus pédagogiques dans 8 domaines de formation : rapprochez-vous des U.N.T. pour faire référencer vos ressources.

 

MOTEUR DES RESSOURCES EN AUTO-FORMATION

Moteur basé sur le projet ORI-OAI et développé en collaboration avec l'Université de Valenciennes.

Indexation disponible sous format jeu de données ouvertes (Open Data) des ressources pédagogiques.

Ressources proposées par les établissements d'enseignement supérieur et les organismes de recherche français et diffusées par les U.N.T..

LE MEILLEUR DES MOOCS GRATUITS PAR DATE DE DÉBUT DE COURS

MOOC pour cours en ligne ouvert et massif.

Pour vous, une sélection de MOOCs gratuits, ouverts à tous et portés par les établissements d'enseignement supérieur.
Choisissez votre plateforme de MOOCs
 préférée et les disciplines qui vous intéressent
Retrouvez ce calendrier mis à jour en permanence depuis votre application d'agenda grâce au lien "Synchronisez cet agenda". Comment synchroniser ce calendrier avec mon application d'agenda ?

CRITÈRES DE RÉFERENCEMENT

Pour figurer dans le catalogue Sup-Numerique, les formations doivent être :

  • portées par des établissements d'enseignement supérieur français dûment identifiés par le M.E.N.E.S.R. au titre du service public (établissements publics d'Enseignement supérieur français, établissements publics ou privés qui proposent des formations dont les diplômes sont visés par le M.E.N.E.S.R.)
  • en partenariat avec :
    • le Centre national d'enseignement à distance (CNED)
    • le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)
    • la Fédération interuniversitaire de l'enseignement à distance (FIED)

Contactez la FIED pour faire référencer vos formations à distance

Vendredi 09 juin 2017 @ 11:23:50 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans Nouvelles du monde

[TV] semaine du 10 au 16 juin 2017

Dimanche 11 juin à 13h35 sur France 5 "Superstructures-évoluation : De la Tour Eiffel à la tour Guangzhou- 2011"
RADIO Dimanche 11 juin à 17h00 sur France Culture "Rue des écoles "
Dimanche 11 juin à 18h10 sur ARTE "Les grands magasins, ces temples du rêve : Le Goum de Moscou - 2016"
Jeudi 15 juin à 22h10 sur RMC Découverte "Titans des airs : L'Airbus A380 - 2012"

Et tous les jours sur ARTE : "Xenius"
Sans oublier le site TV   http://www.lesite.tv

Mercredi 07 juin 2017 @ 21:57:36 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans C'est officiel

Ressources d'accompagnement du programme de technologie au cycle 4

Eduscol-Technologie-cycle4-TEC2017.jpg

 

http://eduscol.education.fr/cid99549/ressources-technologie.html

 

Les ressources d'accompagnement proposent des outils pédagogiques, didactiques et scientifiques pour la mise en œuvre du programme de technologie au cycle 4. Elles ont été conçues et réalisées par des groupes d'experts en partenariat avec l'inspection générale de l'Education nationale. De nouvelles mises en ligne viendront les compléter régulièrement.

Inscrire son enseignement dans une logique de cycle

Démarches et méthodes

Le guide pédagogique et didactique proposé ci-dessous met en perspective le nouveau programme dans le contexte du nouveau collège. Il précise le sens et la portée des différentes démarches - investigation, projet, résolution de problème, etc. - mises en avant dans le programme de cycle 4. Il intègre également des éléments pour concevoir des progressions et des séquences. Il ne revêt aucun caractère prescriptif.

Outils pour concevoir la progressivité des apprentissages

Ce tableur téléchargeable constitue un outil pour élaborer des progressions pédagogiques sur les trois années du cycle 4. Il permet aux équipes pédagogiques de concevoir des progressions directement adossées aux thématiques et aux compétences du socle commun et du programme. Il intègre des exemples de séquences et de problématiques. Une notice de présentation et d'utilisation accompagne la prise en main de cette ressource.

Mettre en oeuvre son enseignement

Directement adossées au programme, ces ressources proposent des pistes pour la mise en œuvre de séquences thématiques problématisées. Elles intègrent des exemples possibles de séances et des éléments pour concevoir l'évaluation.

Aménager un espace

Assurer le confort dans une habitation

Identifier les particularités d'un ouvrage d'art

Rendre une construction robuste et stable

Produire, distribuer et convertir une énergie

Préserver les ressources (économiser l'énergie et préserver l'environnement)

Programmer un objet

Acquérir et transmettre des informations ou des données

Préserver la santé et assister l'homme

Se déplacer sur terre, air, mer

Equiper le laboratoire de technologie

Ce guide présente la configuration des équipements et des locaux requise pour l'enseignement de la technologie dans un établissement nouvellement construit ou restructuré.

Pour aller plus loin

Ces sites permettent d'accéder à différentes ressources complémentaires.

Mardi 06 juin 2017 @ 12:14:01 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Temps : 0.34 seconde(s)