Rechercher dans La veille

#EdTech Observatoire Découvrez les acteurs de l'EdTech française

EdTech-Observatoire-TEC2018.jpg

http://www.observatoire-edtech.com/

L’observatoire de la EdTech rassemble les acteurs du numérique pour l'éducation et la formation en France.

Plus de 240 organisations innovantes (startups, pme, et associations) dessinent l'école de demain, l'université du futur et promettent de révolutionner l'apprentissage tout au long de la vie.

Pour quels apprenants ? Pour quels acheteurs ? Grâce à quelles technologies ? Leurs produits et leurs services sont présentés dans ce premier observatoire interactif de la EdTech française. Conçu, dans un mode collaboratif et crowdsourcé, par et pour l'écosystème numérique de l'éducation et de la formation, l'Observatoire a pour objectif de valoriser la scène EdTech française et de montrer les grandes tendances de ce secteur.
Mis à jour régulièrement, cet outil doit permettre d’identifier les solutions et de faciliter les choix des décideurs en matière de services numériques innovants.

L’ensemble des données reproduites et téléchargeables en fichier MS XLS et JSON sur le site web de l’observatoire est sous licence Open Database (ODbL). Cette licence permet à chacun d’exploiter publiquement la base de données; à condition néanmoins de maintenir la licence sur la base de données, et éventuellement, sur les modifications qui y sont apportées, et de mentionner expressément l’usage, s’il génère des créations à partir de celles‐ci.

L'observatoire est le fruit de la collaboration de la Caisse des Dépôts et Cap Digital et sa structure EdFab dédiée à l’éducation, la formation et l’emploi. Il a été réalisé avec le soutien de la Maif. Il est coréalisé avec des acteurs clés de l’écosystème représentés ci-dessous : OpenClassRooms, 360Learning, LearnAssembly, AppScho, MyBlee Math, la région Île de France, le partenaire média Educpros, le fonds EduCapital, Ed21, l’initiative EdTechWorldTour, les clusters EducAzur et SPN Poitou-Charentes, membres du réseau thématique FrenchTech Edutainment.

Rejoindre l'Observatoire de la EdTech 

Vous vous définissez comme une société « EdTech » et vous souhaitez vous inclure dans la base de données de l’Observatoire EdTech piloté par la Caisse des Dépôts, EdFab (CapDigital) et un groupe d’entrepreneurs et d'investisseurs français dans l'éducation.Cette base de données recense toutes les sociétés Edtech françaises afin de donner plus de visibilité à la filière du numérique éducatif et du learning dans toutes ses composantes. L'idée est également de permettre le rapprochement entre votre offre et la demande publique et privée. Cette base de données est mise en forme grâce à une data visualisation et est consultable par toutes et tous. Merci de bien vouloir remplir ce questionnaire pour que nous puissions récupérer les informations nécessaires pour vous mettre en valeur (année de création, secteur d’activité, stack techno, etc…). Attention ne sont pas inclus les sociétés de conseil et les médias. En cas de doute, n'hésitez pas à envoyer un mail avant de remplir le formulaire à contact@observatoire-edtech.com L’équipe

Statistiques

Produits / services

  • Outils de gestion pour enseigner et former 122
  • Formation à des compétences numériques 121
  • Formation à des compétences techniques 102
  • Formation académique 93 
  • Services aux familles et étudiants 72
  • Activités extra-scolaires et développement personnel 70
  • Services pour publics à besoins éducatifs particuliers 61
  • Autres 39

Clients

  • Établissements d'enseignement 196
  • Entreprises 193
  • Particuliers 164
  • Organismes de formation 115
  • Services publics ou associations 102
  • Autres 5 

Technologies

  • Contenus innovants 170
  • Serious game / learning apps 110
  • Solutions de distribution 108
  • Adaptive learning 101
  • Learning Management System / CMS 88
  • Social media / outils de collaboration 71
  • Plateforme d'agrégation et distribution de services 63
  • Technologies de back / middle office, connections 61
  • Blended learning 53
  • Supports / équipements 28
  • Réalite virtuelle / augmentée 28
  • IoT / digital school places 19
  • Autres 13

Régions

  • Île-de-France 210
  • Auvergne-Rhône-Alpes 25
  • Nouvelle-Aquitaine 15
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur 11
  • Hauts-de-France 15
  • Occitanie 12
  • Bretagne 7
  • Pays-de-la-Loire 10
  • Centre-Val-de-Loire 6
  • Grand-Est 4
  • Normandie 1
  • Bourgogne-Franche-Comté 1
  • Corse 1

Dimanche 20 mai 2018 @ 11:58:42 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

#EdTech : Blippar où Réalité Augmentée et Intelligence Artificielle se rencontrent !

blippar IA AR TEC2018.jpg

https://web.blippar.com/

Réalité augmentée dans la salle de classe

Le pouvoir de la réalité augmentée pour l'éducation est la couche de créativité, d'interactivité et d'engagement qu'elle peut ajouter à un objet ou à un sujet. AR learning peut aider les étudiants ayant des capacités variables en réduisant le temps qu'il faut pour saisir des sujets complexes. C'est un moyen efficace de donner vie aux idées dans la salle de classe ou à la maison, en laissant les apprenants visualiser ce qui fonctionne. 
Par exemple, il est beaucoup plus intéressant et amusant d'assister à l'éruption d'un volcan sous vos yeux, ou de voler à travers le système solaire avant de s'arrêter pour en apprendre davantage sur chaque planète. AR rend l'apprentissage plus mémorable et plus facile à comprendre de cette façon.

Comment ça marche

Chez Blippar, nous voulons donner aux éducateurs, aux éditeurs éducatifs, aux institutions culturelles et aux lieux de travail les outils pour rendre l'apprentissage plus interactif, amusant et efficace. Tout commence avec notre outil de création AR, appelé Blippbuilder. Cet outil facile à utiliser vous permet, ou même à vos élèves, de créer vos propres expériences de réalité augmentée pour donner vie à vos leçons. 

Si vous cherchez un peu d'inspiration avant de créer vos propres expériences de RA (nous appelons ces blipps), jetez un coup d'œil à certaines que nous avons déjà faites.

Foire aux questions 

  • Blippar est une société de technologie spécialisée dans la réalité augmentée et la vision par ordinateur, le domaine de l'Intelligence Artificielle (IA) centré sur la compréhension de la vue et la reconnaissance du monde devant vous. Blippar a créé une gamme de produits capables de maîtriser la réalité augmentée et la vision par ordinateur dans un large éventail de secteurs. Le produit phare de Blippar est le navigateur de réalité augmentée - L'application Blippar.

  • Ambarish Mitra et Omar Tayeb ont eu l'idée de Blippar après avoir partagé une blague à propos de la reine qui prend vie à partir d'un billet de 20 £. Quelques jours plus tard, Tayeb avait créé un prototype qui fonctionnait et après que les deux aient uni leurs forces avec Steve Spencer et Jess Butcher, Blippar était né!

  • Notre mission est résolument audacieuse: être le pont qui réunit les mondes numérique et physique, en améliorant la vie quotidienne. Nos produits aident les gens à comprendre le monde qui les entoure en intégrant une intelligence et une compréhension avancées dans les objectifs de la caméra et en présentant un contenu divertissant ou utile basé sur ce qu'ils voient.

  • La réalité augmentée (RA) fait référence à une technologie qui permet d'afficher des informations numériques - vidéos, photos, liens, jeux, etc. - sur des objets du monde réel à travers l'objectif d'un smartphone, d'une tablette ou d'un appareil portable. 

  • La réalité augmentée peut amener tous vos matériaux physiques, emballages et même vos produits à la vie. AR déverrouille le contenu numérique et fournit un tout nouveau canal pour communiquer avec vos clients - vos produits. Et pour les consommateurs, il visualise des produits et des concepts auxquels vous n'auriez pas accès autrement

  • La vision par ordinateur est un sous-domaine de l'intelligence artificielle (IA), qui est axée sur le traitement visuel. L'objectif de la vision par ordinateur est que les ordinateurs atteignent une compréhension des images au niveau humain. Afin de rehausser le monde de manière efficace et à grande échelle avec une réalité claire, vous devez d'abord comprendre cette réalité devant vous. Pour cette raison, nous avons introduit la vision par ordinateur dans l'application Blippar et comme l'une de nos offres de base.

  • L'apprentissage en profondeur est une forme de technologie d'intelligence artificielle qui tente de simuler le fonctionnement d'un cerveau humain. Chez Blippar, nous utilisons cette technologie pour entraîner les lentilles sur des appareils intelligents afin de reconnaître toute image ou tout objet de la même manière que le cerveau humain.

 

Ed tech ouvre des opportunités incroyables - mais il ne remplacera jamais un bon professeur

https://www.tes.com/news/school-news/breaking-views/ed-tech-opens-amazing-opportunities-it-will-never-replace-a-great

Si elle est utilisée pour responsabiliser les enseignants et les élèves, la réalité augmentée et la vision par ordinateur peuvent révolutionner l'apprentissage pour des millions de personnes, écrit un expert en technologie.

Si un enseignant de l'époque victorienne, avec sa robe académique et son mortier, pouvait entrer dans la salle de classe en 2018, ils trouveraient certaines choses familières. Bien que les méthodes d'enseignement ne ressemblent en rien à ce qu'elles étaient il y a 150 ans, elles pourraient encore occuper à peu près la même position à l'avant d'une classe. Ils griffonneraient peut-être sur un tableau blanc plutôt que sur un tableau noir, mais l'enseignant serait capable de reconnaître immédiatement où ils se trouvaient. Comparez cette situation à celle d'un médecin victorien, qui serait complètement déconcerté s'il voyageait dans un hôpital moderne de haute technologie avec ses scanners, ses moniteurs cardiaques et ses ventilateurs.  

Car, malgré le battage médiatique, la technologie n'a pas réussi à révolutionner véritablement la classe. Il y a eu des discussions messianiques sur l'impact de la technologie dans l'éducation au cours des dernières décennies, mais c'est parfois juste un boulon sur le programme d'études; un changement que certains soutiennent n'a jusqu'à présent modifié que les résultats d'apprentissage marginaux. Le rythme auquel la technologie devient obsolète est également une préoccupation pour les écoles qui achètent de nouveaux appareils sur des budgets étirés.

Cependant, les récents progrès dans la science de la réalité augmentée (RA) et de la vision par ordinateur (CV) , qui est le domaine de l'intelligence artificielle qui forme les lentilles de caméra pour reconnaître et comprendre le monde qu'ils voient, pourraient changer ce scénario. Cette technologie peut jouer un rôle potentiellement important dans l'enrichissement du parcours éducatif des élèves de l'école maternelle à l'université et au-delà en formation professionnelle et en milieu de travail. L'AR et le CV peuvent faire la différence parce que, ensemble, ils permettent aux utilisateurs d'interagir avec des objets du monde réel plutôt que l'expérience mince et passive de simplement regarder un écran d'ordinateur. Imaginez si un enfant pouvait pointer son smartphone sur un objet aléatoire, et il leur a dit ainsi que leur a montré son nom, son histoire et comment cela fonctionne. 

Les étudiants en biologie pourraient, par exemple, pointer leur téléphone sur une pomme pour apprendre comment les arbres fruitiers protègent leurs graines pour la reproduction ou ils pourraient le pointer sur un chef-d'œuvre de la Renaissance - pour voir une explication complète du symbolisme de chaque aspect de la peinture. Les étudiants en médecine pouvaient voir une animation complète de l'anatomie AR en temps réel en pointant, par exemple, une articulation du genou. Les étudiants en sciences pourraient découvrir les planètes dans leurs manuels en orbite autour d'eux. Une fois les technologies AR et CV combinées à la reconnaissance vocale, n'importe qui peut pointer son appareil sur n'importe quel objet, poser une question et obtenir une réponse immédiate. 

Pourquoi ce "moteur de recherche visuel" fera-t-il une telle différence? Parce que l'AR créera une expérience d'apprentissage plus vivante et plus puissante que de se contenter d'écouter une conférence, de lire un manuel ou de chercher un fait en ligne. Il est bien connu que beaucoup d'entre nous trouvent les concepts plus faciles à saisir lorsqu'ils sont présentés visuellement. Des études ont montré que la combinaison de méthodes d'apprentissage visuelles et verbales peut améliorer la mémoire de travail. C'est quelque chose que nous savons instinctivement: pour des générations d'enseignants ont enseigné des fractions dans les mathématiques des premières années avec des diagrammes de tarte aux pommes.

Une révolution technologique dans le monde en développement

L'apprentissage AR et CV nous permet également de vivre l'expérience de découvrir des informations pour nous-mêmes. Si nous sommes curieux à propos d'une belle plante inconnue ou d'un bâtiment historique lorsque nous sommes en voyage, nos vies occupées signifient que nous ne prenons pas le temps d'en apprendre plus à ce sujet par la suite. Cependant, avec cette technologie, nous serons en mesure d'apprendre ce que c'est en quelques secondes - ce qui nous permettra de garder constamment nos esprits en mouvement tout au long de la vie.

En plus d'être culturellement enrichissante, la capacité d'autoformation deviendra de plus en plus importante dans les années à venir, alors que le succès sur le marché de l'emploi dépendra de notre capacité à apprendre de nouvelles informations rapidement, surtout au rythme des changements technologiques. L'auto-apprentissage est également efficace. Nous sommes plus susceptibles de nous souvenir des informations que nous avons recherchées que des informations qui nous ont étéprésentées passivement.

Mais peut-être que l'utilisation la plus efficace de l'AR et du CV dans l'éducation pourrait être dans le monde en développement. Actuellement, plus de 750 millions de personnes dans le monde ne peuvent pas lire. Ces technologies permettront aux gens - jeunes et moins jeunes - de «visuellement» chercher sur Internet, même s'ils ne sont pas alphabétisés. Lorsqu'il est combiné avec la reconnaissance vocale, cela permet à ceux qui ne peuvent pas bien lire de se former en pointant leur appareil photo du téléphone sur des objets d'intérêt et de poser des questions.

Par exemple, une personne analphabète pourrait pointer son téléphone vers un papillon et demander d'où elle vient et ils entendraient la réponse ainsi que regarder une animation d'une chenille se transformant en un papillon. C'est une révolution qui pourrait autonomiser des millions de personnes. Par le passé, l'acquisition de connaissances nécessitait un certain niveau d'alphabétisation de base - même pour rechercher les informations les plus simples sur Internet. Pour la première fois, ces technologies permettent même à l'analphabète de rechercher et de recevoir de nouvelles connaissances. 

Nous commençons tout juste à réaliser la puissance des technologies AR et CV. Cependant, nous ne devrions pas tomber dans un techno-utopisme qui sous-estime les obstacles pratiques à son adoption généralisée. Aucun dispositif AI ne peut fonctionner efficacement dans de grandes parties du monde en développement qui font toujours face à un approvisionnement Internet et électrique peu fiable.

Malgré l'énorme propagation des smartphones à travers le monde, ils restent chers pour les systèmes éducatifs les plus pauvres du monde. Et la plus grande erreur est de supposer que la technologie peut en quelque sorte remplacer le rôle d'un grand enseignant, en particulier dans le monde en développement où il y a une pénurie d'enseignants bien formés. Quelles que soient les inventions à l'horizon, le lien humain entre l'enseignant et ses élèves - qui leur permet d'éduquer, d'inspirer et de nourrir la curiosité - n'est pas quelque chose que les machines pourront jamais rendre obsolète. Le rôle de la technologie est de responsabiliser les enseignants et les étudiants.

Ambarish Mitra est PDG et co-fondateur de Blippar

Mardi 10 avril 2018 @ 12:00:23 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

L’initiative des entrepreneurs français qui ont décidé de rendre la technologie utile à l’éducation et la formation.

EdTechFrance-TEC2018.jpg

https://edtechfrance.fr/

Manifeste.

Faire de la France la EdTech Nation.

 

EdTech France est l’initiative des entrepreneurs français qui ont décidé de rendre la technologie utile à l’éducation et la formation.

 

À l’heure de l’économie de la connaissance, la technologie relève son défi le plus stimulant : celui d’accompagner les 67 millions de Français qui tout au long de leur vie apprennent et font apprendre.

 

C’est pourquoi nous croyons que rendre la technologie utile c’est offrir à chaque acteur de l’éducation et de la formation, les solutions les plus adéquates pour réussir sa mission.

 

Nous prenons la responsabilité d’inventer les outils et services qui partout en France font avancer l’éducation et la formation vers l’excellence à laquelle chacun aspire.

 

Nous prenons la responsabilité de fédérer partout en France les acteurs de l’éducation et de la formation qui contribuent à l’évolution des pratiques grâce aux technologies.

 

Nous prenons la responsabilité de démontrer partout en France la remarquable contribution du numérique au service de l’éducation et de la formation.

 

Nous prenons la responsabilité de diffuser le savoir-faire de la EdTech française sur la scène internationale.

 

Nous, entrepreneurs d’EdTech France, aurons accompli notre passionnante mission lorsque chaque citoyen – quel que soit son âge, sa condition, son lieu de vie ou de travail – pourra bénéficier d’une expérience d’apprentissage d’excellence.

 

Et donc à vous qui contribuez à rendre la technologie utile à l’éducation et la formation : Rejoignez-nous et faisons de la France la EdTech Nation !

 

Pour nous contacter directement : contact@edtechfrance.fr

 

Les startups signataires : https://edtechfrance.fr/

Vendredi 30 mars 2018 @ 12:00:30 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

10 propositions pour connecter enseignement supérieur et numérique

Montaigne-Numérique-TEC2017.jpg

10 propositions pour connecter enseignement supérieur et numérique

Permettre aux universités de relever le défi numérique, par une autonomie accrue et des données partagées

  • Proposition 1 Grâce à des données fiabilisées et à des outils d’aide au pilotage, rénover les prochaines vagues de contractualisation des universités et des Communautés d’universités et d’établissements (ComUE) pour aboutir à une simplification administrative de la tutelle des établissements d’enseignement supérieur et de recherche et à un parachèvement de leur autonomie.
  • Proposition 2 Permettre un accès libres aux données issues de la recherche et aux espaces d’innovation ouverte, notamment par la poursuite de la modernisation et de la numérisation des bibliothèques.
  • Proposition 3 Consacrer un nouveau financement de type PIA (programme d’investissements d’avenir) au développement systématique d’une "souveraineté numérique" française enracinée dans un effort de recherche de grande ampleur. Ces financements permettront l’épanouissement de la créativité française et européenne, tout en entraînant des retombées économiques positives.

Former par le numérique

  • Proposition 4 Grâce à une concertation nationale sur les modalités et usages du numérique dans l’enseignement supérieur, renouveler le modèle économique des universités et des écoles, en suivant trois priorités :
    • renforcer l’offre et l’organisation des formations : développer la pédagogie numérique, y compris pour la formation continue, créer des contenus dynamiques, évolutifs et collaboratifs,
    • accroître l’investissement national pour la rénovation pédagogique : développer de façon très significative le dispositif des Congés pour Recherche ou Conversion Thématique,
    • amorcer une grande transformation de la vie étudiante : investir dans de nouveaux équipements et infrastructures.

Former au numérique et à ses enjeux

  • Proposition 5 Développer l’activité de laboratoires de recherche et de lieux d’expérimentation en sciences de l’éducation et numérique, pour l’enseignement supérieur et la recherche.
  • Proposition 6 Former aux enjeux juridiques, éthiques et de sécurité, sur l’établissement des normes, la protection des données, le développement de la recherche sur le blockchain, la mise en place de modules de sensibilisation à l’éthique des données, etc., par le développement de :
    • la recherche collaborative,
    • l’incubation des entreprises issues des processus de recherche publique,
    • la mise en place d’"initiatives early-stage" dans le numérique,
    • la simplification des règles de propriété intellectuelle de la recherche.

Former tout au long de la vie aux métiers de l’ère numérique

  • Proposition 7 Améliorer l’orientation et préparer aux métiers de l’ère numérique grâce à :
    • une prise de conscience du besoin de développement des compétences nouvelles,
    • une meilleure orientation des effectifs vers les formations les plus performantes sur le plan économique et social,
    • un meilleur accompagnement de l’insertion professionnelle,
    • une meilleure gestion des offres et des productions des universités pour faire face à la hausse des effectifs,
    • un soutien accru à la collaboration public-privé quant aux enjeux d’orientation.
  • Proposition 8 Faire du numérique un levier de développement de l’entrepreneuriat étudiant, grâce à :
    • la mise en place de prix de l’innovation numérique à l’échelle académique,
    • le développement de campus démonstrateurs,
    • la mise en place d’espaces dédiés pour faciliter le développement de projets étudiants,
    • l’organisation des "journées portes ouvertes" numériques,
    • la mise en place de ressources numériques pour des étudiants devenant acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche,
    • le développement des MOOC et autres outils pour mieux gérer l’orientation des étudiants.
  • ​Proposition 9 Afin d’être en phase avec les besoins de la troisième révolution industrielle, de l'iconomie et de l'industrie 4.0, renforcer le partenariat des universités et des écoles avec le secteur privé à travers :
    • la mise en place d’Académies du Management et du Digital à un échelon régional,
    • le développement de tiers lieux sur les campus tels que des incubateurs ou des laboratoires d’expérimentation numérique.
  • Proposition 10 Créer des synergies plus fortes entre les espaces d’enseignement supérieur et de recherche européens grâce à :
    • la reconnaissance réciproque des attributions de crédits ECTS autour de formations virtuelles impliquant des étudiants de différentes universités européennes,
    • la mise en place d’un supplément au diplôme numérisé,
    • la mise en place d’un passeport digital européen,
    • la réponse en consortium liant entreprises et académie à des projets H2020 avec accès à des financements européens.

Rapport 130 pages / Fichier PDF

Résumé 2 pages / Fichier PDF


 

Groupe de travail

  • Gilles Babinet, Entrepreneur dans le digital, co-président du groupe de travail

  • Edouard Husson, professeur des universités, vice-président, Université Paris Sciences et Lettres (PSL), co-président du groupe de travail

  • Jean Deydier, Directeur général, Emmaüs Connect

  • Josiane Gain, Directrice des Relations universitaires, IBM France

  • Anne Jourdain, Fondatrice de France Asia Boost, ex Responsable Stratégie et transformation numériques d’Engie

  • Jérôme Miara, Président directeur général, Obea

  • Loredana Oliva, Journaliste spécialisée en business education, Responsable, CoderDojoRoma

  • Bernard Ourghanlian, Directeur technique et sécurité, Microsoft France

  • Hélène Sancerres, Director change management, coaching & CSR, Cisco Systems France

  • Alban Schmutz, VP strategic development & public affairs, OVH

  • Anne Vanet, enseignant-chercheur en bio-informatique, Université Paris Diderot

  • Jérôme Mourroux, Senior Manager, EY, rapporteur général

 

Les personnes auditionnées ou rencontrées dans l’élaboration de ce travail

  • Alain Abécassis, Chef du Service de la coordination des stratégies de l'enseignement supérieur et de la recherche, Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

  • Stéphane Amiard, Vice-président numérique et patrimoine, Université d’Angers, Président, Association VP NUM

  • Yaël Azoulay, Senior advisor, Digital Transformation, Air Liquide

  • Pascal Barbier, Responsable des enseignements en e-Learning, Ecole Nationale des Sciences Géographiques

  • Frédéric Bardeau, Président, Simplon.co

  • Fabrice Bardèche, Vice-président exécutif, IONIS Education Group

  • Jean-Michel Blanquer, alors Directeur général, groupe ESSEC

  • Professeur Pierre Collet, Université de Strasbourg, Coordinateur du CS-DC UNESCO UniTwin, UNESCO

  • Olivier Coone, Délégué à la formation, Syntec Numérique

  • Stéphane Dessirier, Directeur général, Groupe MACSF

  • Laurent Fiard, Président, Visiativ, Président, ‎MEDEF Lyon-Rhône

  • Alain Fiocco, Senior Director CTO, Head of Paris Innovation & Research Lab, Cisco France

  • Paul-François Fournier, Directeur de l’innovation, Bpifrance

  • Alexandre Frochaux, Directeur, Ecoles Nemesis

  • François Garçon, Maître de conférence, Université Paris I

  • François Germinet, Président, Université de Cergy-Pontoise

  • Pierre Giorgini, Président Recteur, Université catholique de Lille

  • Francis Jouanjean, Délégué général, Conférence des Grandes écoles (CGE)

  • Stefano Lariccia, Agrégé de WebScience, Université La Sapienza Rome

  • Agnès Le Guern, ‎HR Director Innovation, Digital, Sciences & Technology Air Liquide

  • Philippine Lefèvre, Déléguée aux relations institutionnelles, Syntec Numérique          

  • Edith Lemieux, ‎ Directrice de l'Université Air Liquide et des projets transformations RH, ‎Air Liquide

  • Mounir Mahjoubi, alors Président, Conseil National du Numérique

  • Jean-Jacques Martin, Directeur Général, Ecoles Nemesis

  • Flavia Marzano, adjointe ville, numérique et smart cities, Mairie de Rome

  • Gilles Mezari, Président, Saaswedo, administrateur, Syntec Numérique

  • Imen Missaoui, Chargée de mission formation et entreprise, Conférence des grandes écoles (CGE)

  • Catherine Mongenet, Directrice, France Université Numérique

  • Simon Nelson, CEO, FutureLearn

  • Antoine Petit, Président directeur général, INRIA

  • Françoise Profit, Responsable du Secrétariat général du processus de Bologne, Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

  • Anne-Catherine Rota, Responsable Relations Académiques, Research Intelligence, Elsevier

  • Stéphane Rouquette, Associate - CMO/CSO Marketing & Sales, Brain Core

  • Nicolas Sadirac, Directeur général, École 42

  • Vincent Simonet, Engineering Manager, Google France

  • François Stephan, Directeur Général Adjoint en charge du Développement et de l’international, Institut de recherche technologique System X

  • Peter Todd, Directeur Général, HEC Paris

  • Nicolas Vaillant, Directeur de recherche, Directeur de ETHICS - EA 7446, Vice-Président vice-Recteur, Université Catholique de Lille

Jeudi 29 juin 2017 @ 11:46:05 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

MA THÈSE EN 180 SECONDES sur une idée de Three Minute Thesis

MT180-TEC2017.jpg

http://mt180.fr/

Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Ce concours s'inspire de Three minute thesis open_in_new (3MT®), conçu à l’Université du Queensland en Australie.

Le concept a été repris en 2012 au Québec par l'Association francophone pour le savoir open_in_new (Acfas) qui a souhaité étendre le projet à l’ensemble des pays francophones.

Ma thèse en 180 secondes, ce n’est pas seulement un concours ! Depuis 2014, ce sont plus d’un millier d’étudiants qui ont été formés à la vulgarisation scientifique et aux pratiques de médiation et près de 500 doctorants qui sont montés sur scène pour présenter leur thèse. Ces étudiants forment la communauté MT180 ; nous ne les perdons pas de vue... C’est aussi une communauté internationale, avec plus de dix pays francophones participants, des membres de jury prestigieux et des médias qui nous suivent !

https://www.youtube.com/channel/UCvWoYjTzOe-dC0xFNQI-TGg

Mardi 27 juin 2017 @ 11:55:53 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

Réviser son brevet en Technologie avec Digischool

Digischool DNB technologie TEC2017.jpg

https://www.brevetdescolleges.fr/revision/technologie/

Cours et Annales de Technologie pour le Brevet 2017

Maintenant, la technologie est une des épreuves finales du Brevet des Collèges. Elle fait partie de l'épreuve de Sciences et Technologie, avec la Physique-Chimie et les SVT. Ces trois matières constituent une seule épreuve, mais seulement deux seront effectivement proposées le jour de l'examen. En effet, deux matières parmi ces trois tomberont au hasard, il est donc impossible de faire une impasse puisqu'il est impossible de prédire lesquelles tomberont au DNB.

digiSchool Brevet vous propose donc des fiches de révisions, des annales corrigées, les sujets zéro du Brevet 2017 pour vous aider dans votre préparation de l'examen du Brevet, le tout conforme au programme.

En cours de technologie vous verrez des notions de design ainsi que des problématiques liées à l'innovation et la créativité. Vous serez aussi amenés à travailler sur les objets techniques. Vous apprendrez aussi tout ce qui est lié à la modélisation et la simulation des objets. Vous découvrirez aussi les base de l'informatique et la programmation. C'est donc un programme bien chargé qui vous attend et qui pourra être évalué au Brevet.

La technologie est historiquement une matière que les élèves ne jugent pas importante, mais désormais elle fait partie de l'évaluation finale du Brevet des Collèges. Il faut donc porter autant d'attention à cette matière qu'au Français et à l'Histoire-Géo par exemple. Bien que plus technique, elle permet de voir des choses concrètes qui vous serviront dans votre vie quotidienne et vous permettront de mieux comprendre le monde qui vous entoure, notamment à l'ère du numérique et des objets techniques.

L'épreuve de technologie au Brevet consistera en un exercice sur un thème que vous aurez vu en cours. Il vous faudra alors répondre à des questions à l'aide de documents. Cette épreuve de sciences et technologie compte pour 50 points au DNB et dure 1 heure.

Envoyer vos documents

 

Samedi 15 avril 2017 @ 11:15:28 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

Racontez votre histoire en hologrammes via holusion.com in @lavalvirtual

holusion-laval-virtual-TEC2017.jpg

https://holusion.com/

Spécialiste de l'affichage digital innovant

Holusion conçoit, développe et commercialise des solutions d’affichages innovantes basées sur les technologies de la vitrine transparente et de l’holographie numérique, une illusion communément appelée Pepper's Ghost.

Nous proposons ces outils et supports inédits aux organisations qui veulent interagir différemment avec leurs clients, partenaires ou collaborateurs. Cela leur permet d’améliorer la valorisation de leur produit, de leur marque ou de leur usage.

Un accompagnement personnalisé

Vous voulez monter un projet innovant pour valoriser votre activité mais vous n'avez pas encore d'idée précise ? Nous sommes là pour vous conseiller et vous guider dans le choix de votre solution ainsi que dans la création de produits sur-mesure !

Déjà expert de l'hologramme ? Notre site de ressources techniques va vous permettre d'aller encore plus loin !

Un positionnement innovant

Holusion a une vision industrielle de son activité : son ambition est de démocratiser les solutions holographiques. Mais Holusion développe de plus en plus une dimension de conseil. La société accompagne ses clients et prescipteurs pour développer un projet adapté et réussi.

Hologramme smartphone

Commandez en ligne, à l'unité. https://holusion.com/fr/store/

Goodies holographiques

Petit plus dans votre présentation produit, cet hologramme de poche vous accompagne dans votre quotidien.

Posez votre smartphone sous la pyramide Pixel, visitez pixel.holusion.com et la magie peut commencer.

Attirant, intrigant et inédit, ce mini hologramme transporte vos clients dans un imaginaire et valorise votre image de marque.

Bientôt disponible : l'hologramme pour tablettes tactiles et le Pixel haut de gamme !

  • Le Pixel diffuse un hologramme qui jaillit de votre smartphone. Compatible avec n'importe quel smartphone, emmenez-le partour avec vous pour impressionner vos proches et vos clients. Kiabi, PSA et Dentsu ont déjà tenté l'expérience pour mettre en avant leur marque, pourquoi pas vous ?
  • Comme son nom l'indique, Pixel XL fait surgir les hologrammes de votre tablette tactile. Avec un design identique au Pixel, cet hologramme encore plus grand attire l'attention en un clin d'oeil

Contact :

contact@holusion.com

+33 (0)9 72 42 44 51

99A Boulevard Constantin Descat59200 TourcoingFrance

 

Mercredi 29 mars 2017 @ 11:31:32 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

Ultrahaptics pour l'éducation ?

utrahaptics-laval-virtual-TEC2017.jpg

https://www.ultrahaptics.com

TOUCH Endless possibilities

The Ultrahaptics Evaluation Program is the first opportunity to get hands on with our mid-air tactile feedback technology. Members of the program will have everything they need to evaluate, experiment and develop concept products featuring mid-air tactile feedback.

We are rolling out the Ultrahaptics Evaluation Program carefully to ensure that partners receive the support they need once on-board.

Endless possibilities

The Ultrahaptics Evaluation Program is the first opportunity to get hands on with our mid-air tactile feedback technology. Members of the program will have everything they need to evaluate, experiment and develop concept products featuring mid-air tactile feedback.

We are rolling out the Ultrahaptics Evaluation Program carefully to ensure that partners receive the support they need once on-board.

The West Wing 
Glass Wharf
Bristol
England
BS2 0EL

info@ultrahaptics.com

 

Lundi 27 mars 2017 @ 12:06:16 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

Une imprimante 3D eMotion Tech pour tous les collèges de @EducationFrance

eMotion-Tech-Imprimante3D-TEC2017.jpg

 

https://www.reprap-france.com

Créée en 2012 (une éternité dans le milieu), eMotion Tech est une sociétée spécialisée dans la conception, le développement et la commercialisation d'imprimantes 3D et robots pédagogiques.

Nous concevons et fabriquons en région toulousaine un matériel open-source (libre de droits), le savoir se partage et l'innovation ne s'arrête pas à un brevet.

Le coté bricolage malin et pédagogique, rencontre un certain succès auprès des passionnés et attise la curiosité d’un nouveau secteur d’activité : Les professionnels de la conception (graphiste 3D, chercheurs et développeurs, designers ou maquettistes). eMotion Tech décide de se tourner vers de nouveaux produits plus facile d’accès, ergonomiques et adaptées à ce type de clientèle : La gamme Up !

eMotion-Tech, au travers de ses produits permet de mieux appréhender le monde de l’impression 3D tant pour les particuliers que les professionnels :

La gamme « Open source », qui saura ravir tous les passionnés de mécanique, d’électronique et de CAO.

La gamme « UP », issue du développement de PP3DP (dont eMotion Tech est le revendeur officiel français depuis avril 2013), est composée de 3 machines (la UP Plus 2, la UP Mini et la UP Box) conçues en PLUG&Play (15 min après avoir reçu la machine, il est possible d’imprimer). Cette gamme est orientée vers les professionnels souhaitant une solution à faible coût pour palier à leurs  besoins en prototypage.

La MicroDelta Rework à partir de 400€ !

Avec le succès de la µDelta, et fort de nos 5 années d'expérience dans le développement d'imprimantes 3D, eMotion Tech est fier de vous présenter sa dernière création : la MicroDelta Rework.


N'ayez plus peur de la technologie, bien pensée, elle devient accessible à TOUS !

Les choix techniques eMotion Tech

Avec un objectif de qualité, nous vous expliquons sans langue de bois les choix qui ont guidés notre développement :

Une électronique haut de gamme conçue en France

  • Nous avons conçu une électronique 32bits adaptée au mode de déplacement des robots delta, permettant une augmentation de la vitesse des déplacements sans perte de qualité. En effet, la carte eMotronic cadencée à 96Mhz permet un calcul fluide du passage de l’espace cartésien à la cinématique delta.
  • Dédiée à notre MicroDelta Rework, les connecteurs en façade ainsi que la prise de branchement rapide (faisceau) offrent une grande facilité d’assemblage et d’usage de cette machine.

Une structure rigide et fiable

  • Deux blocs en acier plié composent la structure et limitent grandement le nombre de sous-ensembles et de petites pièces nécessaires à l’assemblage, offrant ainsi une grande rigidité, et une facilité d’assemblage.

Des éléments de transmissions et de guidages professionnels

  • Les roulements linéaires sont remplacés par des paliers lisses. Grace aux retours des utilisateurs de nos anciens modèles, nous avons choisi ces éléments qui sont plus durables dans le temps et limitent l’usure des arbres de guidage.
  • Nous avons choisi le moulage par injection pour la fabrication des biellettes, permettant de diminuer drastiquement la variance (écart de longueur entre les 6 biellettes) et offrant une géométrie parfaite à vos pièces imprimées.
  • Arbres de guidages de 10mm taraudés offrant une facilité d’usage et une augmentation de la rigidité de la machine.
  • Chariots en plastique injecté qui offrent un alignement parfait entre les paliers.

Une extrusion précise et fiable

  • Extrudeur débrayable pour retirer ou recharger le filament avec une simple pression des doigts.
  • Accompagnement manuel du filament avec une roue usinée permettant un débit très précis.
  • Pas de jeu possible ou d’espace vide sur le passage du filament, nous pouvons ainsi malgré le système d’entrainement déporté travailler tous les types de matériaux disponibles y compris les flexibles.

Imprimante 3D MicroDelta Rework  Reprap France TEC2017.jpg

+ ACCESSIBLE :

  • Montage intuitif réalisable en 3h,
  • Fonction d'auto-calibration
  • Extrudeur usiné en aluminium compatible avec tous les matériaux du marché
  • Support technique téléphonique gratuit

+ EVOLUTIVE :

  • Plateau chauffant (jusqu'à 100°C)
  • Bi-extrusion (multi matériaux ou multicolore)
  • Ecran de contrôle avec support SD

+ PRECISE :

  • Elements de transmission (biellettes et charriots) fabriqués avec une précision au micromètre
  • Eléments de guidage chromés rectifiés
  • Ventilation adaptée à l'impression de petites comme de grandes pièces, et à l'utilisation de matériaux techniques

+ ROBUSTE :

Nous avons conçu la MicroDelta Rework avec des techniques de fabrications dédiées telles que l'usinage, le pliage et le moulage injection assurant ainsi une rigidité et une stabilité inégalée.
Plus de tiges filetées, ni de pièces imprimées structurelles aux tolérances aléatoire, chez eMotion Tech, nous valorisons la qualité avant tout.

+ RAPIDE : 

Afin de tirer le meilleur parti de la structure Delta qui permet déjà des vitesses et des accérations plus importantes, nous avons conçu une électronique 32 bits, cadencée à 96Mhz capable de calculer des déplacements de façon plus pertinente et efficace que les autres machines du marché.

Caractéristiques :

  • Dimensions : Hauteur 530mm, Largueur 261mm, Profondeur 285mm
  • Volume d’impression : 150mm de diamètre pour 200mm de hauteur.
  • Epaisseur des couches de 100 à 350 microns selon les paramètres d’impression
  • Filament compatible : PLA (ABS, G-fil, M-fil, Flex avec l'option plateau chauffant et tous filaments disponibles au format 1.75mm)
  • Vitesse d’impression nominale : >80mm/s
  • Vitesse de déplacement maximale : 200mm/s
  • Vitesse de déplacement nominale : 150mm/s
  • Précision moyenne (X,Y) 100 microns
  • Précision moyenne (Z) 50 microns
  • Type d’électronique eMotronic et carte micro SD
  • Impression à l’aide d’une tête d’extrusion Hexagon (buses interchangeables)
  • Buse 0.4mm par défaut
  • Système d’exploitation Windows XP, Vista, 7,8,10, Ubuntu 12+, MacOs
  • Logiciel fourni, Repetier préconfiguré pour MicroDelta Rework
  • Connectivité USB
  • Alimentation fournie, 24V, 150W


Le kit comprend :

  • L'ensemble des pièces détachée du kit 
  • Un échantillon de plastique (pas de bobine de plastique fournie dans le kit)


Documentation détaillée :
N'hésitez pas à consulter la notice dans notre section de téléchargement pour vous faire une idée du montage (disponible au lancement des précommandes)

Options de la MicroDelta Rework à venir :

  • LEDs
  • Bi-extrusion
  • Carénage
  • Vente de machine assemblée marquage CE respectant la norme machine réalisé par un organisme tier

CONTACT 

+33 (0)5 82 95 26 62 - contact@emotion-tech.com

27 bd de Genève 31200 Toulouse - Visites uniquement sur RDV
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h3
 

Jeudi 23 mars 2017 @ 11:35:31 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Rechercher dans La veille

Conseil National d’Évaluation du Système sCOlaire 2014-2020 : QUEL 1/2 BILAN ET QUELLE PERSPECTIVE ?

cnesco-2016-TEC2017.jpg

http://www.cnesco.fr/fr/trois-ans-apres-la-creation-du-cnesco-quel-bilan-et-quelle-perspective/

Le Cnesco arrive aujourd’hui à la moitié de son premier mandat (2014-2020). En trois ans et 21 rapports scientifiques, il a évalué, en toute indépendance, les thématiques cruciales de l’école française. Pour cela, le Cnesco s’est appuyé sur une méthode originale, basée sur  : les résultats de la recherche ; l’évaluation de politiques scolaires menées en France et à l’étranger ; le partage d’expérience des acteurs de l’école.

La publication du rapport d’activité 2016 est l’occasion d’effectuer un premier bilan depuis sa création et de présenter le programme d’activité 2017-2020 du Conseil.

Une activité soutenue
  • 21 rapports scientifiques
  • 12 conférences (conférences de comparaisons internationales, de consensus, virtuelles interactives)
  • 6 notes d’actualités
  • 6 forums « Rue des écoles » en région
Une intelligence collective
  • 200 chercheurs français et étrangers associés aux travaux du Cnesco
  • 600 acteurs de terrain engagés dans les activités du Cnesco (écriture des préconisations…)
  • 31 partenaires collaborant aux travaux du Cnesco
Un enrichissement du débat
  • 40 000 visionnages des vidéos des conférences par les professionnels et les parents d’élèves
  • 534 000 pages vues sur son site internet
  • 1 000 articles et citations dans la presse

Une méthode de travail originale : évaluation scientifique et participative

Le Cnesco a mis en place une méthode originale d’évaluation des politiques et pratiques éducatives fondées sur deux dimensions majeures :

  • un haut niveau d’expertise scientifique avec un réseau de près de 200 chercheurs français et étrangers associés à ses activités – ces apports scientifiques indépendants du MENESR fondent l’indépendance du Cnesco ;
  • la participation des acteurs de terrain  avec près de 600 acteurs directement impliqués dans l’ensemble des opérations du Cnesco.

Cette méthode de travail se décline en 5 étapes. 

5-phases_png-1.png

Les évaluation à venir : programme d'activité 2017-2020

Dans la continuité du travail réalisé depuis sa création, le Cnesco a défini son programme d’activité pour la deuxième partie de son mandat. Entre 2017 et 2020, l’évaluation du Cnesco portera notamment sur les thématiques suivantes :

  • Différenciation pédagogique
  • Inégalités territoriales
  • Formation des enseignants
  • Réforme et gouvernance
  • Numérique dans les apprentissages
  • Décrochage scolaire
  • Savoirs fondamentaux
  • Éducation à la citoyenneté
  • Rôle des parents

La CNESCO : Une intelligence collective au service de l'école 

Rapports d’évaluation approfondis sur les mathématiques en primaire (les acquis des élèves, la qualité des manuels scolaires…) ; conférence de consensus constituée d’un jury de praticiens pour étudier ces ressources et proposer des recommandations sur les nombres et le calcul ; diffusion large dans l’institution scolaire et la société civile de ces orientations pédagogiques et politiques (séminaire de l’inspection générale à l’ESENESR,  formations  en académie…) :  l’opération phare  conduite sur  les mathématiques, en partenariat avec l’Ifé/ENS de Lyon, résume bien la méthode et les priorités du Cnesco.

 
Une méthode d’évaluation originale qui se décline selon plusieurs axes :
  • produire des évaluations scientifiques, de qualité, indépendantes, lisibles par tous, en s’appuyant sur un réseau puissant de « chercheurs-associés » parce que l’école française a besoin de diagnostics fiables ;
  • s’inscrire dans un modèle d’évaluation participative, en réunissant des représentants de la communauté éducative pour interroger ces ressources et en tirer des préconisations d’amélioration, parce que l’évaluation-gendarme, hors-sol, qui manie la sanction symbolique sans reconnaître les contraintes de terrain, n’a jamais fait avancer l’école dans aucun pays ;
  • s’ouvrir à l’international parce que le pays ne peut plus vivre son éducation nationale repliée sur elle-même ;
  • et assurer une diffusion large des résultats des évaluations et de la recherche dans l’institution, grâce à des partenariats efficaces, depuis l’encadrement jusqu’aux enseignants dans la classe, parce que la seule production de rapports d’évaluation ne suffit pas à faire bouger l’école.

C’est donc bien un modèle d’évaluation qui s’appuie sur la qualité scientifique, l’intelligence collective et la collaboration - entre les praticiens, les partenaires, les chercheurs… - que le Cnesco a réussi à mettre en place. Le tout jeune Conseil a misé sur des dispositifs qui permettent de créer  un dialogue avec toutes les parties prenantes de l’école autour des résultats des évaluations et de la recherche. 

Original, ce modèle d’évaluation s’avère de plus efficace. Malgré des moyens fort limités, en 2016, après seulement trois ans d’existence, le conseil a considéré, sans tabou et en toute bienveillance, un champ très large de thématiques cruciales pour l’école française : depuis les pratiques pédagogiques dans la classe et l’établissement (la lecture, les mathématiques, le redoublement, le traitement de la difficulté scolaire), jusqu’aux politiques scolaires (la mixité, le handicap, l’enseignement professionnel, l’éducation à la citoyenneté, les inégalités sociales et migratoires).

Des ressources abondantes, des lieux de rencontres nombreux ont été mis au service de l’école par le Cnesco : 21 rapports, 3 conférences de comparaisons internationales, 3 conférences de consensus, 6 forums « Rue des écoles » en région, sans compter des notes d’actualité pour répondre aux questionnements au quotidien ou des conférences virtuelles interactives pour échanger avec les praticiens. Plus de 200 chercheurs ont fourni le socle scientifique de ces activités.

Ce modèle d’évaluation correspond aux attentes actuelles des praticiens de l’école qui demandent, à raison, une évaluation scientifique légitime. Il correspond aussi, dans une démocratie, aux demandes d’une société civile qui exige un état des lieux de l’école transparent, une reddition des comptes sur les politiques scolaires menée avec indépendance. En trois ans, ces publics ont été au rendez-vous :   534 000   pages   vues   sur   le   site   Internet,   40 000   visionnages   de   vidéos   et    1 700 participants aux événements du Cnesco, qui se jouent toujours à guichet fermé. Cette singularité a incité le Cnesco et ses partenaires à développer les retransmissions en ligne  pour pousser les murs des salles de conférence.

Les  médias  ont  relayé  largement  dans  le  grand  public  les  évaluations  du  Cnesco.     Près  de       1 000 publications (presse, radios, TV) ont figuré dans les médias, spécialisés et grand public. Le Cnesco a contribué ainsi à enrichir le débat public autour de l’école avec des informations fiables, loin des controverses idéologiques, qui se développent dans des contextes parfois hystérisés qui ne font pas avancer l’école française.

Cette expertise en évaluation de l’école est aujourd’hui aussi reconnue à l’international. Le Cnesco apporte sa plus-value scientifique à des projets européens coordonnés par la France sur des sujets aussi cruciaux que l’éducation à la citoyenneté. Il est également sollicité par des  agences  d’évaluation nationale (Angleterre, Chili, Maroc…) pour exporter sa méthodologie d’évaluation participative.

Bien sûr, ce chemin prometteur sera poursuivi dans un nouveau plan stratégique 2017-2020,  seconde partie du premier mandat de six ans du Cnesco. Il vous est livré en primeur dans ce rapport. Ainsi, le Cnesco se penchera, en 2017, sur les inégalités scolaires d’origine territoriale, taboues dans une République une et indivisible, la différenciation pédagogique qui fait encore défaut à l’école française, la qualité de vie à l’école souvent peu appréciée dans l’évaluation. Les savoirs fondamentaux (orthographe et calcul), l’enseignement des langues étrangères, la gouvernance, les réformes scolaires et le rôle des parents, la formation continue, peu développée en France, seront aussi l’objet de son attention sur les trois années à venir, aux côtés de bien d’autres thématiques.

Un programme riche attend donc le Cnesco, il interrogera les acteurs et les partenaires de l’école, sans concession, toujours dans le souci de faire progresser l’école française, garant essentiel en France de la cohésion nationale et sociale.

Nathalie Mons Présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire

Vendredi 10 mars 2017 @ 11:47:51 -:- Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami


Page Suivante

Temps : 0.2347 seconde(s)